17 septembre 2019

scribam cotidie dies

J’espère qu’elle n’est pas passée inaperçue, ma citation latine, d’hier. Je ne sais pas combien vous serez à savoir l’attribuer, tant à son auteur qu’à l’époque où elle a été dite, officiellement, la première fois. En tout cas, dans ce blog, c’était hier, la première fois. Et son auteur ? Un petit mètre soixante-dix. Oui, je sais, elle est nulle, celle-ci. Son hauteur ? C’est moi. J’ai moi-même inventé une citation latine car je n’en ai trouvé aucune qui me convenait. Ça fait partie de mon charme. Suus 'pars mea leporem. Ou... [Lire la suite]

11 septembre 2018

la raison du moins fort

Oui, comme je le disais hier, à la toute fin de mon billet, je suis en vacances jusqu’au 24 septembre inclus. Je ne suis donc pas là et j’ai forcément tort puisque c’est le lot de tous les absents. Ça m’est égal d’avoir tort aux yeux du monde si au fond de moi, je sais que j’ai raison. L’essentiel, c’est d’avoir sa conscience d’avoir raison pour soi. Et c’est exactement mon cas. Je ne suis pas du genre à être ni prétentieux, ni toujours en terrain conquis, loin de là mais j’aime bien me dire, de temps en temps, peut-être... [Lire la suite]
22 février 2018

deux enfants des autres

Les enfants des autres ne sont pas tous des chiards capricieux et insupportables. Non, hier, j’en ai eu la preuve par l’exemple. Non pas que je sois tombé sur des enfants modèles, ça, je n’en sais rien mais en tout cas, les deux que j’ai repérés me semblaient bien élevés et surtout, bien élevés. Oui, je sais, je me répète mais ça me semblait important d’insister sur ce point essentiel pour ne pas dire capital. Ou fondamental. Enfin, vous me comprenez, quoi ! Je vais donc de ce pas vous présenter ces deux enfants qui m’ont... [Lire la suite]
12 juin 2016

cinq questions essentielles, pour ne pas dire existentielles

Première question essentielle, pour ne pas dire existentielle : qui a peur de Virginia Woolf ? On se le demande depuis bientôt cinquante-cinq ans et on peut se demander si on a déjà entendu une réponse crédible à ce sujet. Je pense que non parce que, si ça avait été le cas, bien des scènes de ménage et des règlements de compte familiaux n’auraient pas eu lieu depuis. Ça prouve surtout qu’on ne tire pas toujours des leçons de nos expériences. Autre question capitale, pour ne pas dire ontologique : que sont devenues les... [Lire la suite]
04 février 2016

conférence de presse

Là, tout de suite, presque comme dans une urgence incontrôlable, il faudrait que j’écrive quelque chose parce que je sais que tout à l’heure, je n’en aurai peut-être ni le temps ni l’envie. Et donc, il faut savoir saisir l’instant opportun et tant pis si je n’ai pas grand-chose à dire, ce matin. Et tant pis si je n’ai même rien à dire. L’essentiel, c’est de le dire. C’est de s’exprimer. Mais comme je me sens un peu sec, là, tout en écrivant ce préambule (comment veux-tu ?),  je suis en train de me dire que je pourrais... [Lire la suite]
23 décembre 2013

on ne dit pas "je veux"

Quand j’étais petit, on m’a appris à ne pas dire « je veux », mais « je voudrais », « il me plairait », « il me saurait particulièrement gré d’avoir le bonheur d’avoir… » sans oublier le « s’il te plaît », à la fin, sinon, je pouvais demander plusieurs fois sans jamais avoir ce que je voulais. Ce que j’aurais aimé avoir. Ce qu’il m’aurait été particulièrement gré d’avoir le bonheur d’avoir… », je pouvais toujours courir, je n’aurais rien eu. Que dalle. Que t’chi. Peau de balle.... [Lire la suite]