C'est écrit

13 décembre 2019

intelligence avec la Chine ?

« Accusé Stéphane G. vous êtes présumé innocent mais il n’empêche qu’on a de sérieuses raisons de penser que vous avez cherché à manipuler vos lecteurs et trices dans le dessein de recevoir plus de vœux d’anniversaire que de raison sous un prétexte qui nous semble fallacieux à défaut d’être compris voire connu. Avez-vous quelque chose à dire suite à ce préalable ? » « Votre honneur, vos doigts d’honneur, je crois qu’il y a méprise car je n’ai fait que jouer et user de mon droit de pudeur. »

« C’est ce que disent tous les coupables pour tenter de nous faire croire à leur innocence. Si vous n’avez pas autre chose à ajouter à ce préalable, nous allons donc entrer dans les détails de notre affaire. On vous reproche donc d’avoir tenté d’escroquer des vœux d’anniversaire à tous vos lecteurs et trices et en particulière à deux victimes qui sont Jany et Mymy, par ordre alphabétique. » « Mais je ne leur ai rien escroqué du tout puisque nous n’avons fait que jouer aux devinettes, pirouettes ! »

 « Il suffit, Stéphane G. Je ne vous ai pas donné la parole et je vous rappelle que pour vous, normalement, C’est écrit, ce n’est pas parlé. Ensuite, pour l’instant nous nous contentons de nous fier aux résultats de l’enquête que la Brigade d’Investigation contre les Truands Expérimentés et ses conclusions sont navrantes en ce qui vous concerne. Vous l’avez bien sentie, cette brigade ? »  « Euh… » « Qui ne dit mot consent, comme on dit chez ceux qui sont en odeur de sainteté. »

« Nous avons même des doutes vous concernant quant à une éventuelle intelligence avec la Chine. » « Moi ? Une intelligence avec la Chine ? » « Une intelligence avec la Chine, oui. » « C’est une blague, votre honneur et  vos doigts d’honneur, c’est pour une caméra cachée, je suis sûr qu’il y a une caméra cachée et que Mymy est en train de me filmer à mon insu ! Ou alors, c’est juste une contrepèterie, ça : ‘’Intelligence avec la Chine ‘’, laissez-moi une minute que je tente de la trouver… »

« En conséquence de quoi, accusé Stéphane G, non seulement vous êtes présumé coupable mais également responsable en totalité de vos pensées, paroles, écrits, actes et reniflements. Et de ce fait, vous êtes condamné à verser une larme en guise de dommages et intérêts aux deux victimes, Mymy et Jany, dans l’ordre alphabétique inversé et à afficher votre date de naissance sur toutes les fenêtres de chez vous mais également sous le nom de votre blog afin que nul ne puisse désormais l’ignorer. »


12 décembre 2019

le casque à boulons

Un commentaire qui sent bon les pommes de pin et les branches de sapin et les bûches de Noël tout en fleurant bon la lavande. Toujours des mails et des commentaires cherchant à me faire plaisir en me souhaitant un bon anniversaire, pour avant-hier, hier et aujourd’hui. Bien sûr que ça me touche, bien sûr que ça me fait rougir de confusion et bien sûr que ça me flatte mais franchement, toute cette énergie dépensée pour un non-événement, le jeu en valait-il la chandelle ?

Si j’ai bien compris, Jany me rappelle une histoire qui date d’un certain temps au sujet de composition de bois qui avait été imaginée pour le fils d’une collègue, une Virginie que Mymy a retrouvée comme témoin assisté pour asseoir son verdict : je serais né le 11 décembre. Peut-être que Mymy (qu’on pourrait appeler Mamy alors que moi non) a raison, peut-être pas, j’ai la gueule de bois, ce matin et je n’ai pas envie de parler de date d’anniversaire.

Non pas que j’aie spécialement fait la fête hier soir, la macédoine en boîte avec trois demi-œufs mayonnaise par personne ne m’a pas enivré comme aurait pu le faire une bonne bouteille de champagne mais j’ai eu le casque à boulons toute la journée d’hier. Un peu comme si on avait refusé de me faire une péridurale pour cette journée qui aurait dû être ordinaire et qui ne l’a pas été tant que ça : une grosse prise de bec avec une conductrice de tram dès le matin…

Cette vieille aigrie m’a littéralement fait sortir de mes gonds avec son attitude inadmissible quand elle a pris sa fonction, elle n’a eu de cesse de tout critiquer pendant les trois stations avant que je descende de sa rame car je l’entendais à travers la paroi de sa cabine et ça me stressait. Déjà que j’avais la migraine… Et après, alors que nous sortions de chez le patron, avec ce dernier, une camionnette a accéléré dans la petite rue et j’ai cru qu’elle allait nous écraser…

Peut-être une des peurs de ma vie. Et le mec, au volant, il rigolait. Ça l’a amusé de nous faire peur. Et il n’a pas pensé une seconde que ses freins auraient pu lâcher. Et à cette heure-ci, tout aplati et mort que j’aurais alors été, j’aurais sans doute été incapable d’écrire quoique ce soit dans ce blog. Alors, autant en finir, parce que le pire pourrait m’arriver avant que la vérité n’éclate au grand-jour : oui, c’était hier, le jour J. Bravo à l’acharnée Mymy et à la futée Jany.

P.S. rendez-vous l’année prochaine pour recommencer à jouer à chercher ma date d’anniversaire !

11 décembre 2019

forfait dépassé

Non pas que j’y mette quelque mauvaise volonté que ce soit mais je dois annoncer une chose à Mymy que j’aurais préféré ne pas avoir à lui annoncer mais comme il ne faut pas faire l’autruche, plus à nos âges (nous avons le même malgré le fait que je reste plus jeune qu’elle) mais à force de me souhaiter des happy birthdays et des joyeux non-anniversaires depuis quelques jours, je suis au dramatique regret de lui dire que son forfait est déjà épuisé. Elle n’a plus le droit de me souhaiter quoique ce soit d’autre que bonne année, à partir du 1er janvier prochain car elle n’a pas oublié qu’il est inutile voire offensant de me souhaiter un joyeux Noël vu que je ne crois pas en son père qui n’est pas aux cieux mais que je trouve limite odieux

Jany s’y est mise aussi, hier. Elle m’a d’ailleurs envoyé une carte d’anniversaire que j’ai trouvée très drôle. La seule chose que je n’ai pas comprise : qui lui a envoyé cette photo de moi ? Car derrière le dessin, je me suis totalement reconnu et ça signifie donc qu’il y a des traîtres autour de moi, des traîtres qui sont prêts à vendre la mèche avant d’avoir la peau de l’ours (oui, c’est une nouvelle expression) et qui, si ça se trouve, sont rémunérés, voire grassement, pour vendre des infos me concernant. Heureusement, la date de mon anniversaire n’a toujours pas fuité. Pourtant, j’en connais qui ont de la fuite dans les idées. Et j’ai bien vu qu’il y avait des paparazzis au coin de ma rue, qui essaient de savoir si je me comporte normalement ou pas.

À propos de se comporter normalement : ce soir, c’est macédoine en boîte et œufs durs à la mayonnaise (trois œufs pour deux, le président et moi) et si vous pensez que c’est digne d’un dîner d’anniversaire, waow, j’ai hâte d’arriver au réveillon de la Saint Sylvestre ! Non, sans blague, même pas un apéritif avec quelques petits fours ? Ben non, pourquoi ? Même pas un dessert avec 60 bougies ? Même pas avec une seule bougie ? Ben non et non. Pourquoi faire ? Y a quelque chose à fêter aujourd’hui ? Eh bien alors, pourquoi on en parle ? De toute façon, moi, aujourd’hui, je vais chez le coiffeur en prévision. Au cas où. Juste pour me faire légèrement couper les cheveux. Parce que depuis que je ne travaille plus, j’aime bien avoir les cheveux un peu longs.

10 décembre 2019

et voici les titres de ce journal du 10 décembre 2019

Mesdames et messieurs, bonjour, voici les titres de ce journal du 10 décembre 2019. C’est donc demain que le premier ministre, Édouard Philipe annoncera les détails de la réforme des retraites, détails que tout le monde attend, surtout au tournant. Encore des perturbations à prévoir sur le métro parisien et sur les lignes de la SNCF, les usagers commencent à s’impatienter car tout ne vient pas à point nommé à eux, qui savent pourtant attendre. Tempête annoncée sur le littoral Atlantique, des coups de vent jusqu’à 120 km/h et encore plein de pluie à recevoir sur la figure, surtout quand on n’est pas protégé. À deux semaines de Noël, notre série sur ces overdoses à venir : trop de nourriture, trop de boissons, trop de cadeaux, trop de décorations, trop de tout. Et toujours cette grande interrogation sur la date d’anniversaire de Stéphane G., créateur du blog C’est écrit.

C’est donc demain qu’Édouard Philippe annoncera les détails de cette réforme des retraites, détails que tout le monde attend, surtout au tournant, comme je vous le disais dans les titres de ce journal. Les partenaires sociaux mais aussi les syndicats asociaux pensent déjà qu’il n’y aura rien à retirer des annonces qui vont être faites sur une réforme qui n’existe pas encore et à propos de laquelle, ils sont forcément contre car c’est un peu leur raison d’être, d’être contre tout et surtout, de le faire savoir. Ce qui nous amène sur le second sujet : les perturbations avec presque toutes les lignes du métro parisien à l’arrêt et moins d’un train sur trois sur les lignes de la SNCF. Au milieu de ces difficultés pour se déplacer, une bonne nouvelle, malgré tout, les rares trains qui circulent sont à l’heure d’hiver.

Avant de parler de ce Noël 2019 qui se profile à l’horizon d’une quinzaine de jours, venons-en  à cette étonnante enquête que mènent les lecteurs et trices du blog C’est écrit, géré par Stéphane G. que personne ne connaît vraiment (existe-t-il seulement ?) et qui fait grand cas et grand étalage au sujet de la non date de son anniversaire. On a appris cette nuit qu’un site de paris en ligne a été ouvert et qu’on atteint déjà le million d’utilisateurs. La tendance qui s’en dégage est que 63% des gens qui ont voté pensent que ça aura lieu avant le 15 du mois, 26% entre le 15 et le 20 du mois et 11% ne se sont pas exprimés mais sont près à manifester tous les samedis car pour eux, forcément, tout ça, ce ne sont que des choses fausses dont tout le monde se fout. Et ces 11% ont peut-être raison. Et ça nous ouvres des nouvelles perspectives : et si la minorité détenait la vérité ? La question est posée.

09 décembre 2019

qu’on m’offre du chocolat, je m’en fous !

Décidément, ce proche passage à la soixantaine suscite bien des commentaires. Comme quoi, ce ne sont pas forcément les grands sujets de société qui déchaînent les passions (les passions ? En ce qui me concerne ? Suis-je sûr de moi ?) mais je remarque, avec un certain plaisir (pour ne pas dire un plaisir certain) que la date bien secrète de mon anniversaire fait qu’on s’interroge, qu’on s’inquiète de la rater, qu’on est prêt à aller jusqu’à m’offrir du chocolat comme si ça allait être un cadeau empoisonné pour moi. Certes, il fut un temps, que seuls les plus de vingt ans et Mymy connaissent où, jeune employé chez Scaïb, à Rungis, on m’offrait des chocolats ou carrément des boîtes parce que personne ne savait encore que ça m’embêtait plutôt qu’autre chose. Et je disais non, poliment.

À l’époque, je disais non poliment car je ne savais pas faire autrement. Jusqu’à ce que certaines gourmandes me demandent de me servir et de leur donner. Et jusqu’à ce que je m’affirme un peu et que je dis : « Si vous voulez me faire plaisir, offrez-moi plutôt une botte de radis ! » Et l’année suivante, j’ai eu ma botte de radis pendant les fêtes de fin d’année, de la part d’un fournisseur qui avait le sens de l’humour mais pas celui de l’écologie. Il faut reconnaître, à son esprit défendant, que l’on ne se préoccupait pas d’acheter des produits de saison ni des produits locaux, alors… Bref, on m’en a même offert lors de Noëls en famille, des boîtes de chocolat. Comme si ça coulait de source que je ne pouvais pas faire autrement qu’aimer ça. Et moi, j’ai toujours aimé faire autrement.

Donc, pour en revenir au commentaire d’une certaine personne que j’aime bien (même si je ne la connais pas) dont je tairai le nom pour ne pas lui porter préjudice mais je vais quand même vous donner un indice : son pseudo commence par JA et finit par NY et ne compte que ça lettres en deux syllabes sans tiret… Pour en revenir à ce commentaire dans lequel la personne mystérieuse me dit qu’elle a trouvé un cadeau pourri à m’offrir pour se venger de l’avoir fait chercher comme une malade la date de mon anniversaire : du chocolat ! Eh bien, chère incognita, sachez que ce n’est pas un cadeau pourri car, au pire, je peux l’offrir de nouveau à quelqu’un d’autre et encore plus au pire, ce qui serait terrible, ce serait que vous me forciez à le manger, ce chocolat et là, ce n’est pas gagné.


08 décembre 2019

la bande-son

À une semaine ou plus de mon anniversaire secret, je me dis que quand même, au cas où, je pourrais préparer une bande son si je devais avoir la surprise de découvrir des invités chez moi le soir J et le jour S. Mais qu’y mettre dans cette play list ? Faut-il que je me fasse plaisir sans penser aux autres ? Faut-il que j’y mette des morceaux qui peuvent plaire à tout le monde ? Plutôt des choses à danser ? Plutôt des choses molles ? Parce que, comme dans mon entourage, il y a beaucoup de gens encore plus vieux que moi, j’imagine qu’ils sont nombreux à avoir un dentier et donc, pour chanter, mieux vaut des chansons un peu comme de la purée, quand on doit manger et qu’on n’a plus beaucoup de dents… Ou carrément des trucs d’aujourd’hui, pour bousculer un peu tout le monde ?

Je pourrais aussi faire une bande son avec uniquement des choses que je n’aime pas spécialement écouter : par exemple, du hard rock, du métal, du jazz trop technique et du rap agressif. Mais je ne peux pas non plus ne mettre que de la variété des années 70, toutes ces chansons françaises qui ont bercé la fin de mon enfance et mon début d’adolescence avant que je ne découvre d’autres univers un peu moins légers. Ou alors, si, ne mettre que des chansons sirupeuses, des trucs avec plein de giclées de violon, des choristes qui vous tirent des larmes un peu honteuses et des paroles tellement simplistes qu’on les retient avant même de les avoir entendues. Ben oui, en plus, je l’avoue, j’aime  bien ça aussi. Ou alors, ne mettre que de l’électro. C’est ça, que des rythmes hypnotiques…

J’imagine mes parents dans une Rave party ! « Stéphane, tu n’as pas un comprimé d’Extasie à me filer ? » Maman, je t’ai déjà dit que la drogue, ce n’est pas bien du tout ! Et lui, là, tonton Jean-Michel, qu’est-ce qu’il fait avec du GHB ? « Il ne sait plus. Il a oublié. Tu sais, avec Alzheimer, même s’il prend du GHB, il ne saura même plus qu’il en aura mis dans le verre de mamy Odette, alors… » Bon, finalement, je pense qu’on va se faire une soirée Chantal Goya avec Pandi Panda, le lapin de ce matin, celui qui a tué un chasseur et Guignol, au moins, comme ça, on est sûr qu’il n’y aura aucun dérapage. « Elle vient, Bécassine ? » Pfou, finalement, ce ne serait pas une si bonne idée que ça, qu’on m’organise un anniversaire surprise, je ne suis pas sûr d’en avoir envie ni d’avoir la force.

07 décembre 2019

« moi, je connais la réponse ! »

« Moi, je connais la réponse ! » Maman, je sais que tu connais la réponse. Et c’est encore heureux que tu connaisses la date de ma naissance et donc, la date de mon anniversaire mais, d’abord, il n’y avait pas de question et donc, personne n’attendait de réponse mais en plus, comme tu sais quand tu as accouché de moi, je vais te demander, moi, de ne rien révéler sans mon accord. D’accord ? Parce que c’est juste un jeu entre quelques lecteurs, dont Mymy et moi. Ni plus, ni moins. Et parce que le jour de mon anniversaire n’intéresse pas grand-monde vu que pas grand-monde ne lit mon blog. Et je ne dis pas ça parce que j’en suis amer (oui, je dis ça à ma mère), non, c’est juste un constat. Comme un constat à l’amiable. Car on est amis avec mes lecteurs et trices. Enfin, je crois.

Oui, on est amis, c’est une façon de parler car c’est uniquement dans les réseaux (a)sociaux que les gens se disent amis sans se connaître. Mais ça n’empêche pas de bien aimer celles et ceux qui vous suivent pour vous lire. Voire vous élire. Dans la vraie vie, ça peut être un peu différent mais ce n’est pas le sujet de ce billet. Non, le sujet de ce billet, c’est que toi, maman, tu saches quand je suis né et que tu n’as pas le droit d’intervenir ici pour donner la réponse. À personne. Non pas que ça soit une coquetterie de ma part, ce n’est pas mon genre mais vraiment parce que ça m’amuse. Parce que mes soixante ans, comme c’est la première fois que ça va m’arriver et que je ne veux pas en faire une affaire d’état, on en a déjà des tas, d’affaires… Des petites, des grosses, des moyennes… Plein, quoi !

Bref, maman meurt d’envie de dire que je suis né le xx décembre 1959. Hop, j’ai censuré les deux chiffres qu’elle a voulu dévoiler au monde entier (et non pas à mon dentier vu que j’ai encore toutes mes dents, dedans) mais maman n’en a pas le droit. Maman doit garder ce secret au moins jusqu’au lendemain du jour J. Donc, si elle intervient à partir du xx décembre, sachez que ça pourrait fort être le jour d’après. Moi, pendant ce temps-là, je vais juste regarder le temps qui passe pour voir si je suis bel et bien dedans ou si c’est juste une vue de mon esprit. Et maman, comme elle ne fera rien qui aille contre mes intérêts, je sais qu’elle saura tenir sa langue. Au moins jusqu’à la fin de la semaine prochaine. Ou de la suivante. Attendez, il faut juste que je vérifie sur un calendrier pour être sûr.

06 décembre 2019

l’inspecteur Gadget mène l’enquête ?

Encore une fois, ce matin, je vais écrire un billet en réaction à un mail de Mymy, envoyé dans ma boîte personnelle et pas directement sur le blog comme un simple commentaire. Non, Mymy a voulu me transmettre un message très « intime » d’une façon discrète et c’est tout à son honneur. Je ne vais évidemment pas révéler ce qu’elle m’a dit, très gentiment mais je peux quand même vous annoncer qu’elle m’a souhaité un bon anniversaire, dans le doute, parce qu’elle n’était pas sûr de la date. Elle a valsé en hésitation entre le 5 (hier) et aujourd’hui, le 6. Soit disant parce que j’aurais été et parce que je serais flou quant au jour J puisque j’en parle depuis des mois sans en donner les détails les plus précis. C’est tout à son honneur de vouloir tomber le plus possible à la bonne date.

Mais non, je ne suis né ni le 5 décembre, ni le 6 décembre. Et en réalité, si les choses étaient bien faites, je ne serais même pas né en décembre mais on onzembre voire en treizembre même si onzembre me semble plus logique par rapport à celui qui a invité les noms des mois de l’année. Ah non, j’aurais dû naître en doucembre mais là, le mot me plaît un peu moins, alors, on va conserver décembre parce que là, au moins, tout le monde sait de quoi on parle alors que sinon, non. Donc, je suis né le dernier mois de l’année, à quelques petites semaines du nouvel an et du nouveau franc. Je suis né un jour à deux chiffres mais en dessous de vingt car moi, à part le vingt blanc et le vingt rosé, je n’aime pas spécialement ça, surtout le rouge. Et quand le vingt est tiré, il faut le boire…

Un indice pour celles et ceux qui aimeraient me souhaiter un bon anniversaire le jour J ? Heu, laissez-moi réfléchir un instant, pendant que j’en suis encore capable, après le passage aux soixante ans, qui sait si je vais conserver toutes mes facultés et toutes mes capacités… Ah oui, je suis né le même jour que Yanneck de Bainville. Évidemment, je n’ai pas choisi une personnalité particulièrement connue mais comme je pars du principe que quand on veut, on peut, tout le monde a la possibilité de trouver de qui il s’agit. Ou pas. Et même si je pense que c’est surtout « ou pas », tant pis. On sait donc que je suis né entre mardi et vendredi, ça vous donne un deuxième indice plutôt balèze. Maintenant, je vous laisse chercher, moi, j’ai mes courses à faire pour le week-end. Mais pas pour le suivant.

05 décembre 2019

encore une petite goutte ?

Madame Mymy, j’ai le regret de vous faire part de votre erreur de diagnostic. En effet, mon légiste m’a confirmé que je n’avais pas de crise de goutte mais probablement un problème de nerf coincé ou de muscle froissé. Il faut dire que certains de mes muscles sont plutôt susceptibles et il en faut peu pour qu’ils se froissent, qu’ils prennent la mouche et me le fassent payer. M’en fous. Parce que quand c’est comme ça, je ne vais plus à la salle de sport et là, en l’occurrence, je n’irai pas avant le début de l’année prochaine, sauf erreur ou omission de ma part, bien entendu. Parce que si j’ai mal aux pieds, je ne vois pas pourquoi j’irais accentuer ces douleurs en faisant des exercices de torture. Donc, je vais plutôt tenter une approche manuelle : un bon kiné ou un bon ostéo ? À suivre.

Madame Mymy, en plus, oui, en plus, vous, qu’en savez-vous de ce qui touche les hommes vieillissants ? Vous travaillez dans un Ehpad ? Vous vivez avec un riche nonagénaire ? Vous êtes bénévole chez Vieux sans Frontières ? Alors permettez-moi de juste vous dire que non, je ne suis pas un homme vieillissant ; que non, je ne suis pas atteint d’une crise de goutte et que non, je n’ai pas besoin qu’on se préoccupe de ma prostate, je sais très bien le faire moi-même. Cela dit, au vu de votre diagnostic erroné à distance, je vous condamne à la peine suivante : vous resterez toujours plus vieille que moi de près de cinq mois et ça, je suppose que c’est quelque chose qui doit être lourd à porter. À part ça, je ne suis pas rancunier surtout avec les gens que j’aime, vous avez de la chance.

Le troisième paragraphe de ce billet du 5 décembre ne sera ni plus ni moins qu’un préavis de grève. Je compte publier mon texte avant 5 heures du matin et à partir de cet heure précise, je ne publierai rien de plus jusqu’au lendemain, 6 décembre. Il n’y a pas de raison que tous ces imbéc… que tous ces créti… que tous ces bourr… que tous ces gens qui vont bloquer le pays aujourd’hui soient les seuls à manifester. J’ai décidé que moi aussi, j’allais me mettre à protester. Quelles sont mes revendications ? Ah bon, il faut en avoir plusieurs ? C’est idiot, je n’en ai qu’une : ma revendication, c’est qu’on me permette d’en avoir au point d’emmerder les autres tant qu’on n’y aura pas répondu tel que je l’entends. Ah ben non, il faut que ça reste subjectif, sinon, ça ne vaut pas. Et puis merde !

04 décembre 2019

interdiction aux aurores d’être boréales

Moi, Stéphane 1er (et Stéphane Dernier), en tant que dictateur maître du monde et de l’univers (même à Pallu, dans les Deux-Sèvres, c’est dire si je suis devenu importantissime), moi, Stéphane 1er (et Stéphane Dernier) que dorénavant, toute aurore se voit interdite d’être boréale sans mon autorisation expresse. Parce qu’il m’est totalement inadmissible que d’autres que moi puissent en voir et comme je ne sais pas encore quand je pourrai aller en admirer, je n’accepte pas l’idée que eux, oui et moi pas. Et comme il n’y a pas de raison que le Chef Suprême soit privé de plaisirs que d’autres ont le droit de vivre, et toc, maintenant, ça n’existera plus. Ces aurores seront capturées au moment où elles s’apprêteront à devenir boréales. Et ainsi soit je. Et moi-même gratias.

Pendant qu’il y est, Stéphane 1er (et Stéphane Dernier) va également décréter autre chose avant la fin de l’année et il va en donner la liste à ses sujets qui ont intérêt à bien respecter les consignes qu’ils vont recevoir sous « peine de mort alité. » En ces périodes de pré-fêtes (comme la femme du préfet), tout le monde devra avoir le foie gras afin d’éviter d’avoir à gaver des canards et des oies (pourquoi des canards mâles et des oies femelles ?) qui n’ont rien demandé à personne. Parce que oui, Son Dictateur Ultime aime le foie gras mais il a de la peine quand il pense à d’où ça vient car derrière son impassibilité, le Maître de l’Univers a un cœur qui bat. Et donc, tout contrevenant à ses lois se verra gaver pour obtenir un foie bien graisseux. Ainsi soit je. Et moi-même gratias.

Stéphane 1er (et Stéphane Dernier – puisqu’il est évidemment impensable qu’il y en ait un autre après lui d’après moi) se doit (ce doigt ?) d’avoir un médecin attitré afin qu’il soit assuré d’être en bonne santé et d’avoir une forme éblouissante à l’aube de ses 60 ans. À ce propos, cher futur légiste de mon état anthume (avant de le devenir pour mon état posthume, à ma gloire éternelle), pouvez-vous m’expliquer pourquoi j’ai si mal à mon pouce de pied droit ? Est-ce que par hasard ma sainte Prostate n’aurait pas décidé de s’offrir une descente d’organe ? Qu’elle sache vite qu’elle n’en a pas le droit sans mon autorisation et que si elle persiste, je vais prendre mon pied et lui faire comprendre qui je suis. Et on verra qui aura le dernier mot, Jean-Pierre. Ainsi soit je et moi-même gratias.