Oui, comme je le disais hier, à la toute fin de mon billet, je suis en vacances jusqu’au 24 septembre inclus. Je ne suis donc pas là et j’ai forcément tort puisque c’est le lot de tous les absents. Ça m’est égal d’avoir tort aux yeux du monde si au fond de moi, je sais que j’ai raison. L’essentiel, c’est d’avoir sa conscience d’avoir raison pour soi. Et c’est exactement mon cas.

Je ne suis pas du genre à être ni prétentieux, ni toujours en terrain conquis, loin de là mais j’aime bien me dire, de temps en temps, peut-être régulièrement, voire souvent, que je suis toujours dans le vrai et que je suis également un peu (beaucoup) au-dessus du panier. Ça me rassure. Et surtout, ça témoigne d’une clairvoyance et d’une lucidité me concernant…

J’ai quelques défauts, cependant mais je ne peux pas trop les dévoiler ici. D’abord parce qu’ils sont quantité négligeable pour la majorité d’entre eux. Et ensuite (pour ne pas dire enfin), les plus gros touchent à des choses tellement intimes que j’aurais l’impression de me montrer totalement nu, si je les énumérais, ici, dans ce blog à vocation généraliste et non pas érotique.

Chacun est comme il est, on le sait tous. Du moins, les gens intelligents, donc, pas tout le monde. Chacun est comme il est et chacun fait avec. Je ne dis pas que parfois, j’aurais mieux aimé être comme untel ou encore comme unetelle mais on fait avec ce qu’on a et envier les autres, ça n’est pas un but en soi. Et c’est aussi pour ça que j’ai embauché Chouchou à mon service.

Lui, il n’a aucun défaut et il est canon. Tout ce que je ne suis pas. Et bien sûr, son existence, sa présence quasi quotidienne me fait du bien car ça contrebalance le reste. Et ce que je dis est vrai. C’est une nouvelle preuve par l’exemple, pris complètement au hasard, que j’ai toujours raison puisque tout ce que je viens d’écrire, aujourd’hui, est vrai. Et archi vrai.