Oui, parfois, c’est bizarre. Surtout chez moi. Il peut m’arriver de faire un peu n’importe quoi parce que je fais les choses un peu trop vite, ou trop à la fois ou parce que j’ai la tête ailleurs. Et l’autre matin, au bureau, il m’en est arrivé une belle, justement. Et je peux vous dire que je n’ai rien vu venir. À ma décharge, quand je me lève à 2h15 de la nuit, comme en ce moment, j’ai évidemment le droit de ne pas être totalement réveillé alors que je ne pense qu’à une chose : retourner dans mon lit au plus vite et tout oublier. Il y en a qui boivent pour oublier, moi, c’est dormir pour oublier. Et donc, dans l’enchaînement des choses qui m’ont mené à mon travail et à commencer ce qu’il faut que je fasse : vérifier les fournisseurs avant de m’attaquer aux clients, je peux avoir des absences.

Mais ces absences ne me concernent que moi, c’est assez rare que ça touche ce pour quoi je suis payé, comme si j’avais un radar anti-boulettes pour le boulot mais pas pour ma vie personnelle. Avant-hier, comme j’en avais assez de voir ma bouilloire (pour café ou infusion, c’est selon) tout entartrée, le bouilli m’a pris et je l’ai remplie de vinaigre blanc au tiers. Et je l’ai laissée reposer ainsi tout le reste de la journée jusqu’à hier matin. Et là, alors que je pensais en avoir par-dessus la casquette, du  boulot, j’ai eu envie d’un petit dopant : un mug de café soluble. J’ai fait chauffer l’eau qui restait dans la bouilloire, j’ai versé ce dont j’avais besoin dans le récipient et j’ai touillé. Et au moment de lécher la cuiller, c’était infect. Et là, ça m’est revenu, ce n’était pas que de l’eau mais un tiers de vinaigre blanc et un quart d’eau que j’avais fait chauffer.

Le café au vinaigre, je peux vous l’affirmer de façon définitive : c’est infect. Mais est-ce pire que ce que mon collègue Audren a fait, lui, dans son sommeil, vendredi après-midi (il travaille intégralement de nuit, lui – de 22h à 10h, environ, ça dépend des jours.) Il s’est réveillé avec un drôle de truc dans la bouche : il a allumé la lumière et s’est rendu compte qu’il avait le tube de crème hydratante de sa copine (qu’elle laisse sur sa table de nuit) et il s’en était mis dans la bouche. Peut-être pensait-il que c’était du Yop ou du lait concentré. Vite fait, il s’est levé et est allé tout cracher dans le lavabo. Et lui, de son côté, il peut affirmer de façon définitive que la crème hydratante : c’est infect aussi. Reste à savoir ce qui est le moins bon : le café au vinaigre ou la crème hydratante ? Et qui sera la meilleure : la France ou la Croatie ?