Quand je l’ai paramétré afin de m’en servir juste après l’avoir reçu, j’ai été étonnamment surpris de voir que c’était aussi génial que ça. En effet, il a compté un premier pas dès que j’en ai fait un, le premier justement, ça a compté 1. C’est bien fait, les podomètres, finalement. Et ensuite, ça a compté deux. Mais j’ai tout de suite voulu vérifier, un peu sournoisement, je l’admets, si ça décomptait quand je marchais à reculons. Eh bien non. Ça semble ne pas fonctionner. J’allais dire « ne pas marcher », ce qui aurait été un comble, non ?

En tout cas, là, un peu plus de 2 heures après l’avoir mis en route, j’ai déjà fait plus de 700 pas sans sortir de l’appartement. Mine de rien. Bon, je suis loin de l’objectif que je me suis fixé, en théorie : 10 000 pas  par jour. Comme si j’allais pouvoir les effectuer comme ça, d’un claquement d’orteil. Alors on va voir à combien je vais terminer ma journée et on ajustera tout ça demain. Sauf que là, je viens de tenter de regarder pour savoir comment baisser mon objectif et je n’ai pas compris. À moins de tout annuler et tout reconfigurer.

De toute façon, là, je vais devoir partir en ville. Alors je me tâte (une fois n’est pas coutume) pour savoir si je prends mon vélo pour l’aller et le retour, si je ne prends que pour aller jusqu’à la station de tram et en revenir, plus tard ou y aller carrément à pieds. Jusqu’au tram. Et là, j’ai peut-être des chances d’atteindre les dix mille. On parie ? Non, ça n’en vaut pas la peine. Bon, il fait très lourd, là, sans pour avoir du ciel bleu pour autant, ça sent l’orage. Mais je vais quand même devoir y aller. Alors ? Alors, je suis quasiment prêt. Alors j’y vais. En avant, marche !