S’il y a bien une chose que je n’aime pas, parmi tant d’autres, ce sont les piqûres, c’est l’idée même d’une piqûre. À cause de ce qu’on pourrait appeler une phobie, quoiqu’on en dise, je n’aime pas les insectes, je n’aime pas les analyses de sang et je n’aime pas les rappels (humour !)

Aussi, ce matin, alors que j’avais programmé une prise de sang dans le but de mon rendez-vous chez l’anesthésiste, jeudi prochain, autant vous dire que, alors que nous sommes lundi et que je n’avais pas à me lever pendant la nuit pour aller travailler, autant vous dire que je suis réveillé depuis 2h15 et ensuite, je n’ai quasiment fermé l’œil que pour me rendre compte que je ne trouvais pas le sommeil pour autant. 

Mais j’y suis allé. Contre mauvaise fortune, bon cœur, comme on dit. Mais j’y suis allé la queue entre les jambes et à l’insu de mon plein gré. Parce qu’il le fallait et parce que je ne pouvais pas me dérober. Mais ça m’a coûté. En plus, ça m’a fait vraiment mal car on a rempli onze ou douze petits flacons, donc, ça a duré un certain temps à souffrir atrocement. Même si personne ne peut le comprendre car personne ne peut comprendre que j’ai vraiment très peur.

Alors, qu’on se le dire une fois pour toutes : c’est à cause de ces putains d’aiguilles que je déteste si je ne me soigne pas via l’acupuncture (malgré une tentative de quelques séances, il y a trois ou quatre ans, une expérience pas très concluante vu que j’étais tellement stressé à chaque fois que ça devait annuler tout ou partie des bienfaits que c’était censé m’apporter.

Donc, j’aimerais conclure provisoirement sur cette revendication : je n’aime pas qu’un corps étranger s’introduise ou soit introduit en moi si je ne le connais pas. Comme je ne connais aucune seringue, aucune aiguille, ce n’est pas la peine de vouloir en faire pénétrer chez moi. Surtout quand elles ne sont pas invitées. C’est clair ?