Je ne vais pas refaire le coup d’avoir raté le billet de 17h15 car on ne refait pas deux fois le même coup gagnant mais il faut savoir que si je suis en retard dans la publication d’un écrit dans mon blog, c’est uniquement parce que je viens d’en écrire 4 à la suite (quel champion !) que j’ai programmés pour qu’ils paraissent dans les quatre prochains jours. Pendant que je serai dans mes petites grandes vacances. Car cette année, je risque de ne pas prendre d’autres vraies vacances que ces quelques jours dans les Deux-Sèvres. À Saint Martin de Saint Maixent. Une paire de saints, quoi.

Normal, le coup de la paire de saints puisque je vais aller téter ma goutte auprès de ma mère. Mais attention, en tout bien, tout honneur. D’autant qu’il y a mon père, aussi. Et le patron, et la cousine Isabelle et Christophe et le président, bien sûr. Alors, quand je dis que je vais téter ma goutte, c’est juste une image, une façon de parler. Parce que ça fait du bien d’aller se ressourcer là d’où on vient. Je suis content de partir là-bas pour ces quelques jours. Ça va passer mais ça sera bien. Phyllis, la nana qui est en face de moi me l’a demandé : ça ne te fait pas plaisir, Stéphane ?

Alors, d’avoir écrit ces quatre billets les uns à la suite des autres, comme ça, dans une espèce de fulgurance dont je ne me serais pas cru capable, en rentrant du boulot, ce midi, d’avoir écrit tout ça, ça m’a pris un peu de temps. Euh, non, peut-être que c’est le temps qui m’a pris. Par surprise. Et par derrière. L’un n’allant pas sans l’autre. En tout cas, je peux partir tranquille. La boutique est entre de bonnes mains. Chaque billet sera publié automatiquement chaque jour à l’heure que j’ai déjà choisie. Et je pourrai même me payer le luxe de les lire comme si je tombais dessus par hasard. C’est chouette. Oui, Phyllis, j’en ai conscience.