Allez, hardi moussaillon, on va dire que c’est reparti pour un tour. Un tour gratuit. C’est lundi, ah ah, ah, ah, comme dans la chanson. Il faut se lever le corps et relever la tête. Il faut s’organiser car la matinée et l’après-midi vont sans doute être bien remplies. D’abord, pour reprendre les bonnes ( ?) habitudes, ça va être l’ouverture de l’hyper Auchan, à Mériadeck, comme la plupart des lundis matins que Dieu, s’il existe, fait. Parce que, une fois cette corvée effectuée, je peux passer à autre chose. Ensuite, j’ai prévu de faire mon grand retour à la salle de sports, près de trois mois après avoir décidé de faire mes adieux provisoires pour cause d’intervention chirurgicale. Je voulais y retourner depuis quinze jours mais pas de chance, non, vraiment, pas de chance, un incendie dans les boîtes électriques a fait que la salle a été fermée pour deux semaines. Le temps que les experts passent et que tout soit remis en état. Ce n’était vraiment pas de ma faute.

Ensuite, ce sera un déjeuner avec Sophie, comme on essaie de faire une fois par mois, environ. Ça n’est pas une science exacte, ça, d’ailleurs. Parce que la vie est pleine d’impondérables qui font qu’on ne peut pas fixer les choses. Impossible de dire : on déjeune ensemble tous les premiers lundis de chaque mois et on essaie de s’y tenir car ça ne marche pas. Surtout en période estivale. Mais là, c’est prévu. C’est comme si c’était fait. Je vais vérifier le menu de l’État-Major et s’il est bien, je réserve deux couverts sur la petite terrasse. Le ciel a l’air moins gris qu’hier, ça devrait pouvoir se faire. Ensuite, si je peux, j’aimerais me faire une séance de cinéma car hier, j’ai abdiqué. Au moment où j’aurais pu y aller comme je l’avais vaguement imaginé, le ciel était tellement bas que je me suis dit que si c’était pour prendre une saucée, bof. Et comme en plus, je devais aller à Talence avec le patron vers 15h30… J’ai préféré me reposer sur le canapé.

Donc, un film si possible après le déjeuner et ensuite, je dois rentrer pour me mettre en cuisine. Pour ce soir, j’ai prévu un axoa de veau, une spécialité basque que j’adore manger mais que je n’ai encore jamais fait moi-même. Ce sont des petits morceaux de veau avec du poivron et des piments doux, en tout petits morceaux, eux aussi, cuits pendant une heure et à la fin, on ajoute l’incontournable piment d’Espelette. J’adore ça mais je n’en mange jamais. Dans les restaurants, c’est assez rare et je connais bien un traiteur basque, au marché des Capucins, mais il faut y aller, quoi. Le matin, en semaine, je travaille et le samedi, en rentrant du boulot, impossible de s’arrêter en voiture à proximité. Alors, je vais tenter l’expérience moi-même. Il y a bien d’autres choses que je vais faire au milieu de tout ça. Mais je n’ai pas forcément tout en tête à cet instant précis. En tout cas, une chose est sûre, absolument certaine, c’est bel et bien reparti mon Kiki.