Il m’arrive de temps en temps, souvent, parfois, rarement et régulièrement (ça dépend des moments) de ne pas trouver mes mots ou de prendre un mot pour un autre. La question qui se pose, alors, c’est la suivante : suis-je atteint d’une aphasie légère ou modérée ? Non, je ne pense pas mais comme pour souvent, je fais tout très vite et souvent plusieurs choses à la fois, il n’est donc pas étrange que je bafouille dans ma pensée ou que j’ai des trous dans la mémoire et que je peux mettre un certain temps avant de les reprises, jusqu’à la prochaine déchirure.

Il y a aussi le cas où je ne sais pas, où je ne sais plus quel mot choisir et j’avoue que notamment sur l’évier et le lavabo, j’hésite toujours (ou presque). Je suis obligé de me faire une analyse mentale des objets et de faire les rapprochements nécessaires avec l’endroit où ils sont supposés être. L’évier ? Dans la cuisine, évidemment. À moins que ce ne soit dans la salle d’eau ? Oui mais alors, le lavabo ? C’est simple, lui aussi est dans la salle d’eau. Ils y sont donc tous les deux, ensemble. Non, ce n’est possible. Il y en a un qui n’est pas à sa place. Et il va y retourner de ce pas.

Ou alors, il existe peut-être des cuisines avec évier et lavabo. Pas dans les salles de bain mais dans certaines cuisines, pourquoi pas ? Chez des nantis, par exemple. Ben oui, quand on a les moyens, on peut avoir un bac pour les préparations culinaires et la vaisselle et un bac pour se laver les mains. Mais moi, je n’ai pas ces moyens-là. Je n’ai que ceux d’avoir un lave-mains dans les toilettes. Ce qui a un sens et toute son utilité. Mais alors, on pourrait aussi envisager d’avoir un pédiluve à l’entrée de son appartement, quand on fait partie des nantis. Mais pas dans la cuisine.

Ça, ça serait la classe. Imaginez, si j’étais riche, ah diguedadedadedadedadedadedaaaa, j’aurais une maison avec un pédiluve dès l’entrée et devant chaque chambre, j’aurais un lavabo et deux éviers dans la cuisine (un pour les légumes et un pour la vaisselle), j’aurais un lave-mains et un bidet dans les toilettes, j’aurais un lavabo et un lave-mains dans la salle de bains, j’aurais une baignoire pour deux personnes, un bain à remous et une douche à l’italienne dans la suite parentale même si je n’aurai pas d’enfant et un escalier pour monter et un autre pour descendre diguediguedich dedayde moi.

Tout ça pour battre ma coulpe parce que samedi, alors que j’écrivais mon billet sur les homards (sans Fred), j’ai encore fait la faute. Cette faute que je commets régulièrement, à chaque fois qu’un doute m’habite et que je parle du lavabo de la cuisine. Mais pourquoi pas de l’évier de la salle d’eau ? C’est vrai ça, un mot pour un autre, si j’étais attentif, ça ne m’arriverait pas autant que ça. Mais que voulez-vous, je fais tout trop vite. En ruminant. Euh, je veux dire en courant. Donc, à partir d’aujourd’hui, je promets que je vais faire surtension. Euh, je veux dire : attention !