Est-ce parce qu’ils seraient belges que beaucoup de gens n’aiment pas les choux de Bruxelles ? Non, je pense que c’est plutôt dû à des traumatismes liés à l’enfance, les plats que les enfants se voient obliger de manger par leurs parents sous peine de ne pas recevoir de cadeaux à Noël s’ils ne finissent pas leur assiette et probablement aussi à cause des cantines d’antan où rien ne donnait vraiment envie de manger : les légumes sans parfum cuits à l’eau, bouillis ; les viandes trop cuites, peut-être même bouillies elles aussi… Je vous parle d’un temps que les moins de 45 ans ne peuvent pas connaître parce qu’il paraît que de nos jours, les écoles proposent des choses qui mettent plus en appétit et qui tiennent compte de plein de critères dont celui du goût. J’ai raté ça. Mais moi…

Mais moi, j’aime les choux de Bruxelles même si j’en mange moins depuis que j’ai déménagé là où j’habite, il y a trois ans et demi. Parce que, auparavant, je les achetais, en saison, à une maraîchère du Lot-et-Garonne et ils étaient toujours bons (ça dépendait aussi de la façon dont je les préparais, je vous l’accorde…) mais là, depuis, j’ai perdu l’habitude d’en cuisiner. Cependant, hier, j’ai reçu mes voisins, Gisèle, 70 ans et son fils Xavier, 46 ans (alors que je pensais qu’il n’en avait que 42 et en plus, il fait à peine 40 ans !) et je me suis dit, tiens, je vais faire une entrée à base de choux de Bruxelles. Parce que, en faire un dessert, je trouvais ça vraiment trop culotté. Et en accompagnement de mon plat principal, j’avais déjà imaginé du céleri rave et du céleri branche. Tout dans des légumes…

Tout dans des légumes un peu mal aimés. À tort. Eh bien, après réflexion, j’ai choisi de faire une soupe veloutée avec ces petits choux, quelques pommes de terre et des dés de chorizo et, croyez-moi ou non, c’était absolument délicieux. Impossible de deviner de quoi il s’agissait. J’ai été assez fier de moi. Oui, c’est vrai, parfois, il m’en faut peu. Il m’en faut peu pour être heureux. Vraiment très peu pour être heureux. Quelques choux de Bruxelles passés au mixeur. Une assiette creuse. Une cuiller à soupe. Un peu de chorizo. Un tour de moulin à gros sel et beaucoup d’amour. J’ai des plaisirs simples. Avec moi, c’est le bon goût des bonnes choses. Et en plus, quand c’est dans le partage… Dis, tu veux bien de la soupe aux choux de Bruxelles ? Tu veux bien reprendre un peu de ma soupe aux…