15 avril 2019

un jour triste à écrire des poèmes mélancoliques

Hier, c’était un dimanche triste. Un jour gris à écrire des poèmes mélancoliques. Ça, j’aurais pu en composer puisque je crois que j’en ai fait pendant des années et que c’est sans doute comme le vélo, ça ne s’oublie pas. Seules les illusions de la jeunesse ont disparu, sinon, je le sais, ma faculté de faire des vers est toujours là. Peut-être devrais-je le mettre dans mon CV : 60 ans, capable de faire des sonnets, des mâtines et des vers libres. De préférence des vers libres, bien insister sur ces derniers. Hier, c’était un... [Lire la suite]

13 août 2017

je ne suis pas là mais je surveille

Comme le week-end dernier, je ne suis pas là mais je peux vous dire que je surveille. J’ai un œil rivé sur mon blog et quiconque tentera d’essayer d’y entrer pour publier quelque chose qui ne serait pas de moi aura affaire à moi. On ne va pas se laisser marcher sur la tête, non mais sans blague ! Je suis à Biscarrosse et régulièrement, je viens voir si personne n’est entré ici même sans le faire exprès (bénéfice du doute – ces bénéfices-là sont-ils assujettis à ma future déclaration de revenus ?) et même si je suis dans la... [Lire la suite]
22 février 2017

finalement, je vais tout dépenser

Finalement, après y avoir bien réfléchi, je ne vais pas faire ce que j’ai écrit hier. Je ne vais pas aller placer mes vingt centimes dans une banque luxembourgeoise. C’est trop de complications par rapport à l’investissement. D’autant que je dois d’abord passer par Freiburg-im-Breisgau, avant d’aller à Wiesbaden et que là, c’est plutôt au niveau de Colmar, donc, passer par Echternach, ça me fait faire un crochet bien trop long et certainement fatigant. Plaît-il ? Je n’ai qu’à passer par la Suisse ? Et puis quoi... [Lire la suite]
24 septembre 2015

bis repetita

Yolande, ma sœur, oui, parce que ma sœur s’appelle Yolande, oui, parce que j’ai une sœur, je n’en parle jamais parce qu’on ne se voit pas beaucoup, parce que, à Marseille, oui, parce qu’elle habite à Marseille, eh bien, elle habite Marseille et lundi, oui, parce qu’on était lundi, et lundi, elle était avec ses trois enfants, oui, parce qu’elle a trois enfants et au moment de traverser la rue devant chez elle, oui, parce qu’elle habite juste devant une rue avec un peu de circulation, eh bien, au moment de traverser la rue, elle s’est... [Lire la suite]