Tiens, ça a sonné ! Qui cela peut-il bien être ? Attends, je vais aller voir puisque tu es occupée avec toutes les courses que tu viens de faire chez Ikea. Ah ben ça, alors ! Michel et Josiane ! Quelle surprise ! Vous êtes rentrés de votre voyage en Italie ? On pensait que c’était dans deux jours que vous reveniez ! En tout cas, c’est sympa de vous voir. De vous revoir. Siamo felici di rivederti, amici ! Justement, on avait prévu un apéro-barbecue au jardin avec les voisins car ils se sont occupés de surveiller notre maison pendant qu’on est partis à Paris pour voir l’expo sur Pompéi au Grand Palais, oui, ça n’était pas prévu mais on a été invités pour l’inauguration, il y avait un monde fou, trié sur le volet mais un monde fou. Ça nous a bien plu. Ça nous a rappelé l’époque où nous habitions à Paris.

Tu sais, comme finalement Mathilde et Julien, son copain ne vont pas venir avant le dessert, vous n’avez qu’à rester, plus on est, plus c’est agréable et vous allez nous raconter votre voyage en Italie. Vous avez eu bien raison d’y aller au début du printemps, il devait y avoir moins de monde. Le tourisme de masse, le tourisme de masse, hein ? Il turismo du massa ! Bon, laissez-moi vous embrasser, avant parce que là, je parle, je parle mais les bisous de bienvenue, il ne faut pas les oublier, hein ? Baci ! Baci ! Ah mais qui voilà ! Choupette, ils arrivent ! Michel, Josiane, je vous présente Pierre et Paul-André, nos charmants voisins. On se fait la bise, hein ? Tout le monde se fait la bise, allez, ne vous privez pas, vous allez vous voir souvent si vous venez nous voir. Baci ! Baci !

Ah ma choupette, elle aime bien les gros câlins, hein ? J’ai de la chance d’avoir une petite femme si jolie et si tactile. Oui, ça va, nous deux. Bon, qui veut du champagne ? Ah non, attendez, Michel a apporté du Prosecco, si ça ne vous embête pas, on va ouvrir leurs bouteilles, hein ? Bon, Toi, Michel, un whisky sans glace, comme d’habitude ? Tu veux goûter le Prosecco ? Tiens, prends mon verre, on se connaît depuis si longtemps, mon vieux, si tu avais la gale, ça se saurait, non ? Alors ? Oui, c’est nettement plus doux que le whisky, forcément ! C’est quoi, ça ? Un cadeau ? Tiens, choupette, je te laisse l’ouvrir. Oh que c’est sympa ! Pour la peine, un gros câlin collé-serré à tous les deux de nous deux. Pardon, les garçons mais si vous voulez vous joindre à nous, vous êtes les bienvenus, allez !