Bon, je vais sur la terrasse, je vais bouquiner. Commencer un nouveau livre, heureusement que j’ai terminé de lire le précédent, je me suis ennuyé pendant 631 pages. Je sais, je suis un peu maso. Mais on m’a assez reproché de ne pas savoir m’accrocher et patati et patata et que si, dès les premières pages d’un bouquin ou les dix premières minutes d’un film ou d’un spectacle, ça ne me plaisait pas, je me braquais et après, c’était foutu. Que nenni, mes chers, que nenni ! Ah ça oui, que nenni, alors.

Bon, finalement, il fait trop chaud au soleil, je suis en train de cuire. Alors somme toute, je vais me remettre un peu à l’intérieur. Je vais lire sur le canapé, en plus, comme ça, j’y verrai mieux. Mais non, tout compte fait, quand je suis dedans, avec Fip qui est en sourdine, je ne peux pas me concentrer alors, je vais juste feuilleter Télérama. J’ai de la chance, je l’ai reçu en temps et en nouvelle heure, celle du confinement : le mercredi au lieu du mardi, en temps normal. Au temps d’avant. D’avant.

Bon, en définitive, je vais retourner dehors car si je ne profite pas du soleil quand il est là, quand je vais en profiter ? Sûrement pas dimanche vu qu’on annonce des trombes d’eau. Alors, j’y retourne, sur la terrasse et avec mon mug plein de mes trois infusions, ça devrait le faire. Mais je n’ai pas envie de lire Télérama dehors, s’il y a le moindre pet de vent qui arrive, les pages vont être toutes cornées. Non, je vais fermer les yeux et voir si je peux faire une petite sieste. Rien qu’une toute petite. Promis.

Bon, après tout, ce n’est pas l’heure de dormir et je préférerais me garder pour ce soir, quand j’irai au lit. Alors, je vais téléphoner à Pauline. Tiens, c’est une bonne idée, ça. Ah, elle ne répond pas. Bon, je vais appeler Isabelle. Le problème, c’est que l’appel dure trop longtemps à mon goût et j’aimerais bien y mettre fin d’une façon polie et gentille. Alors, je vais prétexter une envie pressante. Elle va bien comprendre que quand on a envie de faire pipi, vu mon âge… Allez, on se rappelle, hein, d’ac ?

Bon, décidément, je pense que ce serait mieux que je reste dehors et que je commence le livre que j’ai choisi dans ma bibliothèque. Une histoire de kidnapping. En cette période de confinement, ça fait du bien de penser qu’il y a des gens dans des situations pires que les nôtres. Mais au bout du tout premier paragraphe, je me rends compte que je n’ai pas vraiment envie de lire. Alors, je vais grignoter un bout de pain et de fromage. Un semblant de quatre heures. Ça me passera le temps.