Bonjour, je me présente, je m’appelle Henri et je voudrais vous rappeler qu’aujourd’hui, c’est la journée mondiale sans téléphone. Et c’est exactement le bon moment pour faire le point sur cet appareil qui est devenu un prolongement de tout un chacun, bien plus que ses jambes ou ses bras. Voire, pour certains cas, bien plus que son cerveau. On ne peut globalement plus se passer de son smartphone comme si la vie de chacun en dépendait. Dès le réveil, toute la journée, même la nuit, on y est tout le temps pour vérifier qui ceci, qui cela et tutti et frotti.

Ce n’est plus possible d’imaginer que leurs vies, nos vies soient totalement assujetties à ces petits appareils qui ne sont que des leurres mais qui n’apportent pas le bonheur. Tilit tilit. Excusez-moi, normalement, je l’éteins toujours quand je suis en conférence mais là, j’attends un message important. Non pas que notre réunion ne le soit pas mais là, bon, excusez-moi, de toute façon, ça ne me prendra que vingt ou trente secondes… Dix… Vingt… Ah non, tiens, c’est mon ex, bon, ça, je le gèrerai plus tard. Où en étions-nous ? Ah oui, l’omniprésence des téléphones dans nos vies.

Dans vos vies, donc, le smartphone est omniprésent, de façon totalitaire. Triii trii triii… Triii trii triii… Pardon, c’est peut-être le message que j’attendais, si ça se trouve, elle a pensé qu’il fallait m’appeler. Oui, allo ? Henri à l’appareil. Oui… Non… C’est-à-dire que je suis en conférence, là, ce n’est pas trop le moment mais on n’a qu’à prévoir saucisses et merguez, comme ça, il y en aura pour tous les goûts. On se rappelle, hein ? Plus tard, oui. Merci. Ciao. Donc, ce téléphone est comme un dictateur dans vos vies. Il dirige tout : vos conjoint et enfants, vos parents, vos amis, vos collègues…

Vous y stockez des milliers de photos personnelles et vos coordonnées de carte bancaire. Tilit tilit… Excusez-moi… Ah, cette fois, c’est le bon message. On m’a augmenté mon forfait, ça, c’est génial, je vais pouvoir me connecter 24/24 dans n’importe quel pays du monde, c’est génial, j’ai bien fait de demander. Bon, je disais que tout est embrigadé dans ces petits appareils dont vous êtes devenus esclaves. Je crois qu’on peut dire ilote, aussi, mais j’ai doute. Attendez, je vérifie. Alors, Internet, Wikipedia : ilote. Personne asservie. On peut donc bien dire ilote à la place d’esclave.

Ah si on n’avait pas Wikipédia tout le temps sur soi, hein ? C’est comme le GPS, maintenant, pour aller en ville, même si je connais le trajet, je le branche toujours comme ça, je suis toujours sûr que je suis sur le bon chemin. Sinon, je risquerais d’être étourdi en regardant les gens, les vitrines, la vraie vie… Tilit tilit. 70% sur les écrans à rétro-éclairage chez Darty. Pendant une heure ? Bon, vous savez quoi, c’est la journée internationale sans portable. Je vous conseille d’éteindre les vôtres. Moi, je file chez Darty, je ne voudrais pas rater une si bonne affaire que celle-ci.