Il m’est revenu deux ou trois choses en mémoire qui m’ont amusé, quand je les ai lues ou entendues pour la première fois. Et puis, de l’eau a passé sous les ponts, des villages et des villes ont été inondés et la mer n’a pourtant jamais débordé, depuis. Et là, ce matin, alors que j’étais en train d’écrire des choses pour mon boulot, notamment des chiffres en lettres, sans jouer avec, jusqu’à ce que justement, ça m’est revenu en tête et j’ai alors choisi de me distraire un peu tout en continuant de travailler. D’aucuns vont régulièrement fumer une cigarette et moi, moi, moi (oui, trois fois moi, aujourd’hui), j’alternais des périodes de contrôles et d’analyses, un peu ennuyeuses avec des tentatives de remémorations de tous ces mots qui sont intrinsèquement des aberrations, en tant signifiant, cela s’entend. Si je vous dis : derrière devant, hein ?

Alors donc, les deux premiers mots qui m’ont interpellé sont : un et deux (ça tombe bien !) et ce que je trouve anormal, c’est que dans tout dictionnaire digne de ce nom, un est après deux alors que dans l’ordre logique et séquentiel des nombres, un est toujours avant deux. Tout comme trois est après quatre, sept après six et dix après neuf, pour ne citer que ces quelques exemples-là. Et c’est pareil avec d’autres mots que ceux dont on se sert pour les chiffres. Tiens, pour le cas suivant, par le nombre de lettres qui le composent, maigre et plus gros que gros. Idem pour mince vis-à-vis de gros. Faudrait-il alors utiliser obèse ? Et court est plus long que long, alors que ça aurait été plus pertinent que ça soit l’inverse. Je sais qu’il n’est pas question du nombre de lettres et que court claque mieux que long, donc, le sens y est malgré tout. Mais le plus mince

Et concernant les moments, les dates : aujourd’hui est avant hier et demain aussi. Avant est après après. Jeudi est avant lundi. Samedi avant vendredi et idem pour dimanche. Avril est avant janvier. Août avant juillet et décembre avant septembre, octobre et novembre.  Quant aux êtres humains, les enfants sont toujours avant leurs parents et la femme est toujours avant l’homme, ce qui devrait en réjouir plus d’une. Et enfin, j’ai gardé une cerise pour le gâteau, avec cette logique du dictionnaire, on a enfin la réponse à la question que tout le monde a dû se poser au moins une fois depuis des lustres et des lustres, aujourd’hui, je peux affirmer que l’œuf est bien avant la poule. Et si ça, ça ne remet pas beaucoup de choses en question. De là à ce que j’obtienne un prix Nobel, on ne va pas exagérer non plus, je ne m’appelle pas Donald Trump, non plus.