Hier, si j’étais assistant asocial, aujourd’hui, j’ai choisi de faire le cuisinier pour tous les sinistrés. Bénévole restaurateur et apporter un peu de chaleur à tous ces ventres affamés quand ils n’ont plus rien ou quand ils sont coincés dans leur véhicule pendant des heures pour ne pas dire des nuits entières. J’ai élaboré trois types de menus, dans un premier temps. Si ça marche, on verra les possibilités d’extension à d’autres malheureux.

Pour les gens qui ont subi une inondation et qui n’ont plus les moyens de se préparer à manger et qui ont certainement perdu toutes leurs réserves de nourriture. À ces gens, je propose un menu réconfortant tout en restant dans l’environnement qu’ils subissent : un bon bouillon de légumes avec plein d’aromates pour le goût, c’est important le goût. Un bon plat de riz blanc cuit juste à l’eau mais pour que ça soit bien digeste, à l’eau de Vichy, s’il vous plaît. Et en dessert, une bonne crème à l’eau de rose. Pas plus. Parce que pour déblayer les maisons et les jardins, il ne faut pas trop manger, sinon, après, on est trop lourd et on n’est plus bon à rien.

Pour ceux qui ont tout perdu suite à un incendie, toujours dans le thème qui les a mis par terre, je propose un repas plus convivial que le précédent, avec nettement moins de chichis : brochettes de légumes (tomates-cerises, petits oignons et dés de poivrons verts marinés dans du Tabasco) au barbecue en entrée. Pour le plat, l’incontournable côte de bœuf à la braise servie avec des pommes de terre en papillote avant de terminer par un succulent dessert : des crêpes flambées. Tant qu’à faire, dans ces moments difficiles, le plus important, c’est de conserver le maximum de chaleur humaine.

Pour ceux qui ont passé des heures, voire la nuit entière dans leur voiture à cause de la neige et du verglas, principalement sur la N118, je propose un menu très original dont ils se souviendront longtemps, au moins aussi longtemps que leur mésaventure : un bon gaspacho de légumes verts, en entrée. C’est pratique, le gaspacho, pas besoin de le faire réchauffer puisque ça se mange froid. Bien frais, même. En plat, un autre incontournable des repas entre amis : une assiette de viandes froides mais attention, le tout servi avec des légumes glacés : carottes et navets, ça fait rêver, non ? Et en dessert, des œufs à la neige. Si ça, ça n’est pas chouette, hein ?

Voilà, je pense que tout ça mérite d’être mis en application. Bien entendu, on ne réservera les apéritifs avec glaçons qu’aux gens qui sont coincés dans leur voiture car pour les sinistrés d’incendie, ça risquerait de fondre trop vite et pour les autres, quand on est inondé, mieux vaut rester à l’eau. Excusez-moi, le téléphone. Oui, à l’eau ? Pardon, Allo ? C’est pour une réservation, oui, madame, nous sommes ouverts, depuis pas longtemps mais nous sommes ouverts…