Je sais très bien qu’avec un tel titre, certains (plus que certaines) vont tout de suite penser à un truc en rapport (sexuel) avec un film pornographique. Oui, en tout cas, ceux de ma génération, au moins, ont tous connu des titres de films cochons qui nous faisaient marrer. Y en a même certains qui riaient pour faire bonne figure mais qui allaient les voir, ces films interdits au moins de dix-huit ans et là, je peux vous dire qu’ils n’en étaient pas toujours fiers. Il n’y a pas de quoi se vanter de regarder de la pornographie mais pourquoi en avoir honte pour autant ? Je ne sais pas. Je n’ai pas la prétention de pouvoir apporter une réponse en la matière car je ne suis pas un spécialiste de la chose. Je peux vous parler des trois films que je pense aimer le plus mais ils n’ont absolument rien de pornographique : Autant en emporte le vent, Singing in the rain et Les demoiselles de Rochefort.

S’il y en a un seul qui est capable de me dire qu’il s’est trouvé en état d’excitation sexuelle devant l’un de ces films, je demande son nom et son adresse car j’irai lui dire deux mots et j’attendrai qu’il m’en donne plus. Parce que franchement, vous trouvez ça bandant de voir Scarlett O’Hara se faire embrasser par Rhett Butler ? Vous trouvez matière à une quelconque masturbation devant Gene Kelly en train de chanter et de danser sous la pluie ? Et vous mettriez un préservatif pour regarder Françoise Dorléac et Catherine Deneuve en train de mettre leur belle robe ? Non, il faudrait vraiment être le roi des pervers pour oser salir de tels chefs-d’œuvre, ne serait-ce qu’en pensée. Maintenant, il existe peut-être des parodies de ces films pour les cinémas cochons. Et là, oui, on peut imaginer ce qu’on veut et procurer du plaisir à qui en demandera.

Par exemple, autant en emporte le vent et hop ! La blouse de l’infirmière laisse voir qu’elle ne porte pas de culotte et comme par hasard, le chirurgien en chef, bel homme, belle allure et grosse situation passe par juste à ce moment-là et on imagine la suite. Je n’ose penser à ce que pourrait donner un mec tout nu en train de danser et de chanter dans une partouze d’amateurs d’uro et encore moins ce que pourraient donner les vieilles demoiselles de Roquefort en chaleur. Non, non, non, tout ça n’est pas pour moi. La seule chose que je vais m’autoriser, aujourd’hui, c’est « gorge profonde » parce que c’est maintenant ou jamais. C’est maintenant que j’ai la gorge sèche et douloureuse à chaque fois que je déglutis alors qu’il fait canicule torride dedans et dehors. Et je peux vous dire que ça me fait pas jouir tellement c’est désagréable. On n’est bien peu de chose…