J’ai entendu une information étonnante, à la radio, en rentrant du travail, tout à l’heure : 83 000 femmes se seraient fait opérer des seins, l’an dernier. A priori, on ne parle que de chirurgie esthétique, de confort mais pas de maladie obligeant à une intervention à ce niveau-là. Alors, j’ai voulu approfondir la chose et savoir comment se répartissent toutes ces femmes qui n’étaient pas contentes de leur poitrine, au point de vouloir la faire modifier.

Parce que je suppose qu’il y a plus des femmes qui veulent avoir des plus gros seins que de femmes qui veulent faire diminuer ceux qu’elles ont déjà. J’ai déjà connu deux nanas dans ma vie (deux simples copines, je rassure tout le monde) qui étaient complexées par la taille volumineuse de leur poitrine et ça les embêtait même car ça leur occasionnait des douleurs dans le dos, à force, tant ça devait tirer sur l’ensemble de leur squelette.

C’est drôle, mais associer seins et squelette, dans un même paragraphe, ça semble incompatible et pourtant, pourtant… l’un ne va pas sans l’autre. On n’imagine pas une paire de seins sans squelette derrière. Oui, une poupée gonflable, d’accord mais bon… Et l’inverse, on n’imagine pas un squelette sans poitrine. Ah ben si, justement, prenez… non, je ne vais pas dire son nom, elle serait capable d’être fière qu’on la prenne en exemple. Ou qu’on la prenne tout court, même.

Revenons à nos mamelles. Je n’ai pas pu apprendre grand-chose de plus sur ces 83 000 femmes qui auraient été opérées de la poitrine. J’aurais pourtant bien voulu connaître les résultats par tranches d’âges. Et par catégories sociales. Et le pourcentage de celles qui font ça et qui sont accros à la télé réalité. Et celles qui font ça pour plaire à leur mec mais pas forcément pour se plaire à elles-mêmes. Bref, juste comme ça, 83 000, ça veut tout dire et rien dire.  

La seule chose que j’ai pu découvrir en plus, c’est qu’il y a eu un problème on ne sait pas très bien où mais 83 000 femmes qui se font opérer de la poitrine pour des raisons esthétiques, ça fait normalement 186 000 seins refaits. Sauf que c’est là que le bât blesse. On dénombre 186 007 seins refaits. Il y en a sept en trop. Mais à qui diable peuvent-ils appartenir ? Quelles sont les femmes qui sont sorties de la clinique avec 3 seins ? Franchement, on se demande où on va chercher tout ça. Dans mon imagination, c’est tout, rien que dans mon imagination.