30 août 2017

ça s’organise tant bien que mal

Quand on vous dit que, passé un certain âge, tout fout le camp et que c’était mieux avant, forcément. La nostalgie, quand elle nous tient, elle nous balance dans la figure qu’elle est bien ce qu’elle a toujours été : une sournoise qui nous fait tantôt du bien, tantôt du mal. Parce que c’est toujours un peu étrange de penser à ce qu’on a vécu, à ceux qu’on a connus (et qui ne sont plus là soit parce qu’ils ont disparu, soit parce que l’éloignement a fait que…) et à tout ce temps passé qui ne se rattrape guère, qui ne se rattrape... [Lire la suite]

01 août 2017

la complainte de Rutebeuf

Que sont mes amis devenus Que j'avais de si près tenus Et tant aimés Ils ont été trop clairsemés Je crois le vent les a ôtés L'amour est morte Ce sont amis que vent me porte Et il ventait devant ma porte Les emporta   Avec le temps qu'arbre défeuille Quand il ne reste en branche feuille Qui n'aille à terre Avec pauvreté qui m'atterre Qui de partout me fait la guerre Au temps d'hiver Ne convient pas que vous raconte Comment je me suis mis à honte En quelle manière   Que sont mes amis devenus Que j'avais de si près tenus... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
23 mars 2017

Immer Direkt Hessen

Deuxième journée à Wiesbaden. Ce soir, grande réunion amicale chez Nati et Robert, sans doute avec Fredrich, s’il fait ses études là et j’espère avec Sophia, même si elle est basée sur Lille, peut-être sera-t-elle là pour l’occasion. Il y aura d’autres amis d’Arnold. Ça va être une Abend Klemmen-Gesäße, je ne sais pas si la traduction est bonne mais ça m’amuse de dire en allemand ce que j’avais à dire. Non, ça sera plus convivial que ça. La bonne franquette, si je puis m’exprimer ainsi, normalement. Comme ça l’est à chaque fois. Tous... [Lire la suite]
21 mars 2017

Direkt Bade-Wurtemberg

Une carte postale de Friburg im Breisgau où je vais passer la nuit, dans un bel hôtel et voir des amis locaux que je n’ai pas vus depuis plus de vingt ans. Peter et Lisa… en 1995, lors d’un périple qui ressemblait à celui-là, avant d’aller voir Arnold à Wiesbaden. On refait toujours un peu les mêmes choses, on reprend toujours un peu les mêmes chemins sauf que là, on a vieilli et le temps aura fait son affaire. Peu importe, nous sommes dans la région (frontalière de la France) du Bade-Wurtemberg et les habitants d’ici, dans notre... [Lire la suite]
03 janvier 2017

parlez-moi d'moi

Vivement dans un an qu’on soit un an plus tard. Ainsi, les fêtes de fin d’année 2017 seront passées, derrière moi et je pourrai envisager 2018 d’une façon un peu plus sereine. C’est drôle, mais cette année, les vœux que j’ai pu envoyer à tous mes amis, ma famille et mes proches, je n’y croyais pas plus que ça. Mais j’ai fait comme si. Comme si c’était encore un peu du domaine des possibles. Donner le change. Je vais bien, tout va bien… C’est exactement ce qu’on s’est dit en janvier 2015, quand nous nous sommes tous souhaités nos bons... [Lire la suite]
20 octobre 2016

avant cette heure j'ignorais que l'oiseau

  Avant cette heure j’ignorais que l’oiseau venu en visiteur ce matin est celui du clan de mon amie   Présage bleu horizon arrivé jusqu’à moi sur l’arbre messager où mûrissent nos bouches nomades   Le futur s’alimente car il est temps de murmurer le jour   Imasango extrait des Yeux de l’échange, dans Se donner le pays, paroles jumelles de Déwé Gorodé et Imasango
Posté par sibal33 à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17 août 2016

ça fait déjà un mois

Ou cela fait-il seulement un mois ? Il y a une fois (il était une fois) où on a l’impression que le temps ne va pas à la même vitesse que soi. Et encore d’autres fois (ils étaient d’autres fois) où le temps ne va pas toujours à la même vitesse que la sienne. Je m’explique : il va tantôt trop vite, il va tantôt trop lentement. Je vais certainement enfoncer des portes ouvertes, quand on s’ennuie, évidemment que le temps est plus long que quand on passe un bon moment. Qui n’a pas déjà eu envie d’arrêter les pendules, les... [Lire la suite]
16 mai 2016

107 et quelques milliards

Cette nuit, entre deux moments de sommeil, je me suis posé une question que j’ai trouvé vachement intéressante et je me suis rendormi dessus mais j’ai de la chance, car ce matin, en ce lundi férié pour les autres, elle m’est revenu après mon petit-déjeuner. Et je la trouve tellement bien, ma question que je me demande si je dois la garder pour moi ou la partager avec les rares lecteurs de mon blog. Mais comme je ne suis pas quelqu’un de chiche, j’ai décidé d’en parler ici. Il ne faut pas penser qu’à soi, comme disent les vers. À soi.... [Lire la suite]
20 avril 2016

le pour et le contre

Encore une fois, pendant que je me suis douché, j’ai pensé à plein de choses en laissant mes mains vagabonder aux hasards de mon corps à la peau si douce surtout quand elle est  recouverte d’une fine pellicule de gel douche au Ph neutre et légèrement parfumée à la lavande. Mais là, je m’égare, ça n’était pas le but de mon propos.  J’étais en train de me dire que j’étais super stable question poids puisque je suis toujours entre 68 et 69 kilos selon les jours et selon les lendemains d’amis ou pas. Et le fait de faire deux... [Lire la suite]
07 mars 2016

tris et chuchotements

Cette fois, on s’y met sérieusement. Je m’y suis mis sérieusement. Si jamais nous pouvons déménager d’ici fin juin, ce qui serait plutôt bien, il va bien falloir réduire le nombre de choses que nous avons de façon importante pour ne pas dire considérable. J’aurais pu dire importérable pour ne pas dire considérante, mais ça ne voulait plus rien dire. Alors, depuis quelques jours, ça y est, je suis lancé dans le tri de mes affaires et surtout, de mes livres, des journaux, des feuilles et des cahiers que j’ai remplis d’un tas de trucs... [Lire la suite]