J’ai toujours été étonné qu’en anglais, papillon, ça se disait ‘butterfly’ comme la madame du même nom, dans l’opéra de Puccini mais le pire, pour moi, c’est que si je traduis littéralement ‘butterfly’ en français, en décomposant le mot, ça donne beurre et mouche. Donc, papillon, en anglais, ça se dit «  mouche à beurre » et ça n’est pas très vendeur, surtout pour un opéra. Vous imaginez ? Madame Mouche-à-beurre ? Non, franchement, c’est très décevant de savoir traduire l’anglais et le retraduire en français. Ça casse les mythes et ça enlève toute la magie. Parce que c’est pareil, même si je ne suis pas fan des papillons, vous imaginez s’il y en a un qui vole et qu’on s’écrie : Tiens, une mouche-à-beurre ! Vous ne trouvez pas que ça fait tout de suite assez moche ? Sans aucune poésie.

D’ailleurs, je ne sais pas pourquoi les papillons ont cette réputation d’animal qui fait rêver car au départ, ce ne sont que des chenilles et, à ce que je sache, les chenilles, ça n’est pas sexy non plus. Surtout les processionnaires. Moi, les chenilles, ça me dégoûte. Et du coup, les papillons, un peu aussi. Et les mouches aussi. Et les mouches à beurre aussi. Quant aux mouches à m… Vous avez vu, après le billet limite pornographique d’avant-hier, aujourd’hui, j’utilise un langage châtié. Parce que j’aime bien aussi, de temps en temps. Non, sans rire, ici, en général, j’essaie de ne pas dépasser certaines limites que je me suis auto-fixées. Mais pour en revenir à nos insectes héliophiles et souvent thermophiles, les seuls que j’aime bien, ce sont les nœuds, comme pour une soirée de gala.

Tiens, on en revient à Madame Mouche-à-Beurre, de Puccini. C’est un opéra que j’ai eu la chance de voir plusieurs fois, dans différentes versions et j’aime vraiment bien cette œuvre même si ce n’est pas ma préférée mais le plus drôle, c’est que le morceau qui me plaît le plus dans cet opéra, c’est le chœur à bouches fermées. Ce passage me transporte, me transcende et me transperce. Ça me met dans tous mes états. Et le plus rigolo, pourtant, c’est d’imaginer un chœur pour des bouches fermées dans un spectacle qui offre à priori de la grande musique et du texte. Mais je crois savoir pourquoi. Au lieu de s’égosiller, la bouche ouverte, Puccini a composé ce chœur à bouches fermées comme ça, ça évite d’avaler des moustiques, des papillons ou des mouches à  beurre pendant la représentation.