Une fois n’est pas coutume, je vais donner un cours magistral, aujourd’hui. Je vais vous parler de la prostate, qui reste l’endroit d’où je viens (de celle de mon père, je ne suis pas encore en autosuffisance ni en autogestion) et comme mon lectorat est plutôt féminin, d’ailleurs, j’aurais dû écrire « comme ma lectorate » au lieu de « comme mon lectorat » mais on ne va pas chipoter pour si peu, hein ? Surtout entre les deux fêtes.

Alors voilà, mesdames, puisque c’est principalement à vous que je m’adresse (et aux demoiselles, si elles sont majeures, évidemment), sachez que la prostate fait partie de l’appareil reproducteur masculin (en gros, ça veut dire que ça fait partie des organes sexuels – je précise pour les éventuelles sainte-Nitouche et autres vieilles filles…), c’est une glande située sous la vessie et avant le rectum, à moins que ça ne soit l’inverse ? Non, c’est bien dans ce sens-là…

Parfois, j’ai peur de me mélanger dans mes fiches mais là, non, j’étais sûr de moi, c’est juste que parler de prostate en public, ça me trouble un peu. Cette glande entoure le canal de l’urètre qui conduit le pipi de la vessie vers l’extérieur (urinoirs, cuvettes, murs, champs, arbres, etc…) et cette position peut expliquer que parfois, elle peut occasionner des problèmes dits urinaires. En général, elle grandit avec l’âge, contrairement à d’autres organes.

Les problèmes de santé liés à la prostate sont au nombre de trois (ça tombe bien, c’est un chiffre impair !) : la prostatite (infection aigüe ou chronique), l’adénome (ou hypertrophie bénigne – qui n’est rien d’autre qu’une augmentation de volume mais qui n’a rien à voir avec une éventuelle érection de la glande puisqu’elle ne bande pas. Ni même jamais…) et le cancer mais là, ça donne tout de suite nettement moins envie de rire.

Les ris de veau, dont le véritable nom est le thymus, sont une autre glande mais plutôt présente chez le veau, comme son nom l’indique. Au contraire de la prostate qui fait partie intégrante de l’appareil reproducteur  masculin chez l’homme, la glande thymus du veau est située au-dessus de la poitrine ce de dernier et il la perd à l’âge adulte alors que l’homme ne perd jamais sa prostate. Sauf opération. Les ris de veau sont un mets rare et cher. La prostate, non.