Ça, c’est sûr, on n’a pas tous les jours vingt ans, surtout dans la gueule. J’ai en fait l’expérience pendant les deux jours passés sur Paris et Sainte-Geneviève des Bois, en début de semaine dernière. Oui, parce que, au cas où personne ne le saurait encore (ce qui témoignerait d’un manque d’intérêt pour ma petite personne qui me ferait beaucoup de peine !), je suis allé à Paris et à Saint-Geneviève des Bois, du lundi à mercredi dernier. La semaine dernière, donc. Et j’y ai revu des ex-collègues-amis-potes que je n’avais pas vus depuis entre 2 ans et demi et 25 ans, environ. Chacun d’entre nous avait un badge avec son prénom écrit en gros, dessus (parce que, avec le temps, notre vue à tous a considérablement baissé) et parce que rien ne garantissait que nous allions pouvoir nous reconnaître. Avec le temps, va, tout s’en va, même les plus chouettes souvenirs, ça t’a une de ces gueules, à la galerie, je farfouille …

Alors, finalement, contre toute attente, on n’a pas trop eu besoin de vérifier les noms sur les badges en question, sauf peut-être pour Mon Bébé, le fils de Mymy et Papa (je respecte leur anonymat en ne dévoilant pas leurs vrais prénoms qui sont Myriam et Pascal – respect de la vie privée oblige) que je n’avais jamais vu, Mon Bébé, qui, en réalité, est le Mon Bébé de Mymy, pas le mien. Et qui, toujours en réalité, a 23 ans, ça fait déjà un beau bébé. On n’a pas vu le temps passer, franchement. Sinon, on s’est connu, on s’est perdu de vue, on s’est reconnu, on s’est retrouvé, on s’est réchauffé puis, on s’est de nouveau séparé, jusqu’à la prochaine fois. Forcément, on a beaucoup parlé du passé, du passé simple, du plus que parfait, du futur antérieur du présent et de l’imparfait du subjectif. Et c’était étrange mais très plaisant de se retrouver là, tous les six, Mon Bébé compris, mardi soir, autour de la table, pour dîner ensemble.

On a joué, aussi. On a joué à évoquer les autres, les nombreux autres. Ceux avec qui on a travaillé et qui, pour la majorité d’entre eux, sont en retraite. Tu te souviens de Jean-Claude D. ? Il est en retraite. Bonne pioche ! Et de Yves F. ? Il doit être mort, lui, non ? Non, tu crois ? Passe ton tour, en fait, tu n’en sais rien. Et Danielle L. ? Elle a perdu son mari. Bonne pioche ! Et Marc D. ? Il doit vivre de ses rentes. Mauvaise pioche, il est mort ! Et Bruno C. ? Je me suis fâchée avec lui, c’est un con. Je ne vois plus qui c’est, je me souviens de son nom, c’est tout. Mauvaise pioche. Alors, comme gage, tu vas imiter Jean-Claude D. Il est mort, lui, non ? Suicidé, oui. Bonne pioche ! Tu te souviens, Stéphane, la première fois que tu es venu manger à la maison, j’avais fait de l’agneau et tu n’aimais pas ça ? Oui, j’avais cru que c’était du mouton et je n’aime toujours pas ça mais toi, en revanche, je te jure que toi, tu n’as pas changée. Je t’aurais reconnue, n’importe où.