C’est ça, qu’on appelle faire un flop. Avec mes deux rébus du 22 novembre, je n’ai eu aucune réponse, ni proposition de réponse, même mauvaise. Je suis donc le roi du flop. Je devrais sans doute postuler pour le blog qui a le moins de lecteurs et le seul qui est capable de proposer des jeux intellectuels dont le niveau de retour frôle le zéro négatif. Moins zéro, faut le faire, non. Au moins, ça me distingue de certains autres. Et je préfère être dans ma peau, en tout petit, que dans celle de… que dans celle de Jacline Mouraud. Désolé, c’est ma  nouvelle tête de turc. Ma nouvelle tête de truc.

Alors, on va revenir à mes deux énigmes. Aujourd’hui, comme nous sommes le dernier jour du mois en cours (novembre, en l’occurrence), autant solder les affaires en cours. Et avant de dévoiler les réponses à mes deux rébus, je voudrais juste vous parler un peu de deux personnages, Épaminondas, qui était un général et un homme d’état thébain (de Thèbes), à cheval entre le quatrième et le cinquième siècle avant Jésus Chose. À travers l’énigme, il a été décidé qu’il était le neveu de Sophocle, le dramaturge grec du cinquième siècle avant Jésus Machin.

Concernant l’autre, on va revenir un peu plus près de nous avec François Arago, astronome, physicien et homme d’état français, à cheval sur le dix-huitième et le dix-neuvième siècle. Et lui, Arago, parmi les choses qu’il aimait le plus, outre sa défunte femme, quand elle morte, c’était la droiture.  On ne peut pas lui reprocher ça. Surtout quand on regarde comment se comportent les gens, aujourd’hui. La droiture, ça ne veut plus rien dire du tout, un peu comme la Bohème de Charles Aznavour, quand on se rend compte qu’on a vieilli et qu’on s’est éloigné des idéaux de sa jeunesse.

Donc, pour le rébus numéro 1, la réponse est la suivante : Arago chérit la droiture par-dessus-tout. Maintenant que vous connaissez le fin mot de l’histoire, est-ce que c’est plus clair ? Arago chérit la droiture par-dessus tout : Are à gauche, éril à droite, ure par-dessus-tout. C’est bien, non ? Mais attention, ça ne marche pas avec tout le monde. Essayez juste avec Jacline Mouraud, tiens, par exemple : Jacline Mouraud chérit la droiture par-dessus tout. Non, c’est impossible, ça ne fonctionne pas. Et ce n’est pas la peine de chercher, je peux vous le dire, c’était juste pour rigoler. 

Et pour le rébus numéro 2, la réponse est : le jeune Épaminondas a soupé chez son oncle Sophocle. Maintenant que vous connaissez le fin mot de l’histoire, est-ce que c’est plus clair ? Le jeune Épaminondas a soupé chez son oncle Sophocle. Le « je n’ai pas mis Nondas » a sous p chez son oncle sauf ocle. Alors avec cette décomposition ultra précise, si vous n’avez pas compris, je vous propose de demander aux gilets jaunes de vous expliquer. Non, là encore je plaisante. Il suffit juste de leur demander ce qu’est un moratoire. C’est déjà assez compliqué comme ça pour eux, ça.