Ça ne se présente pas sous les meilleurs auspices, ces quelques jours de vacances. D’un point de vue météo, parce que du côté Eurovision, c’est mort depuis samedi soir, presque dimanche. Quand je pense que même les pays limitrophes de la France ne nous ont donné aucun point ou si peu ! Alors que les autres, ils votent beaucoup en tenant compte des considérations géopolitiques. Non, finalement, nous, on ne doit vraiment pas beaucoup nous aimer pour avoir eu un score si moyen. Moi qui m’étais dit qu’avec l’effet Macron, peut-être que… Oui, parce que si notre président est critiqué chez nous, il a plutôt bonne presse à l’étranger. Et il a redonné quelques couleurs à une France bien ternie depuis environ deux quinquennats.

Oui, on annonce du ciel gris jusqu’à samedi prochain, jour de notre retour à Bordeaux. Du ciel, gris, beaucoup d’humidité, des pluies comme s’il en pleuvait et des températures dignes d’un macchabée. On ne dépassera pas 16°. Un peu comme si nous étions en fin d’automne, prêts (vous êtes sûrs ?) à entrer dans un nouvel hiver. Ou si peu s’en faut. Et au lieu d’emporter des bermudas, des sandales et une serviette de plage (notre hôtel donnera directement sur l’une des plus belles que je connaisse), nous allons devoir prévoir des pulls, une parka avec capuche, des doudounes et tout le toutim. Une vraie douche froide nous attend. Comme celle de samedi soir. Comment ? Mais non, je ne suis pas rancunier. Si vous saviez comme je m’en fous. Mais quand même.

S’il n’avait tenu qu’à moi, les choses auraient été totalement différentes. Totalement et arbitrairement. Et que ce soit pour l’Eurovision comme pour la météo. Quand je pense qu’on sort des saints de glace et qu’on vient de se les cailler comme rarement !... Quand je pense qu’on nous a donné quelques belle journées avec du soleil et un peu de chaleur, point trop, juste ce qu’il fallait pour que ça soit agréable, c’est un peu comme le coup du pot de confiture. Tu as vu, elle est bonne la confiture, hein ? Mais tu n’as pas le droit d’y toucher. Vous avez vu, c’est le printemps ? Mais vous n’y avez pas droit, cette année. Vous avez vu, on a une bonne chanson, cette année ? Oui, mais non. Il ne faut pas récompenser la qualité. Les temps ont changé. Comme la météo.