Je crois qu’on peut le dire. Oui, on peut le dire. Alors, je vais le dire : j’ai un corps de rêve. Et ne pensez pas que ça soit de la prétention mal placée de ma part, je ne suis pas comme ça. Il n’y a pas moins prétentieux que moi, du moins en ce qui concerne le physique. Je suis un mec banal. Un mec normal. Un gars ben ordinaire, comme l’a si magnifiquement chanté Robert Charlebois… Malgré tout, je ne peux pas faire autrement que reconnaître, en toute humilité, je le précise encore une fois, que j’ai vraiment un corps de rêve. Et même si je ne suis pas très grand, je suis extrêmement bien foutu. Bien gaulé, comme on dit. Je n’y peux pas grand-chose, c’est la nature qui m’a fait ainsi. Moi, je me contente d’entretenir ce capital beauté comme je le peux. Surtout avec l’âge qui avance.

Bon, tel que j’annonce les choses, là, vous allez vous imaginer que je suis bon pour aller défiler avec les autres mannequins, que j’ai des tablettes de chocolat, que je suis très carré des épaules, que j’ai des muscles comme il faut là où il faut… Ce n’est pas tout à fait exact. On peut avoir un corps de rêve et ne pas répondre aux canons de l’esthétique à la mode. Non, moi, j’ai un peu de ventre, j’ai des muscles qui sont plus souvent en RTT qu’au travail (ils doivent être syndicalistes ou mélenchonnistes – ou les deux, allez savoir !) et c’est plutôt de la mousse au chocolat qui déborde de mes abdominaux car la coupe est pleine. Les yeux plus gros que le ventre, c’est dire. Alors voilà à quoi je ressemble. Et je n’ai pas forcément un maintien digne de ce nom. Ni la posture. Je suis un peu en dedans…

Alors pourquoi ai-je pu annoncer aussi clairement que j’avais un corps de rêve ? Parce que, vis-à-vis de tous ceux qui sont moins bien faits que moi, j’ai forcément un corps parfait. Au moins à leurs yeux. En gros, si je puis dire, tous ceux qui mesurent environ 1m70 et qui pèsent 70 et kilos et plus peuvent s’émerveiller de ma silhouette. Les plus grands et les plus minces, ceux qui ont objectivement un corps de rêve, eux, me voient plutôt comme un petit pas encore rond mais pas loin. C’est pourquoi, je vais le clamer solennellement et officiellement, ce midi : demain matin, après le boulot, je retourne à la salle de gym. Je vais reprendre les séances de cardio. Si, si. Elle vient d’ouvrir, j’ai une carte qui est valable dans toutes celles du groupe. Alors, c’est dit, j’y vais demain.