De toute façon, je n’irai pas en prison car ça ne fait pas partie de mes résolutions pour 2015. Contrairement à ce qu’ont laissé penser un certain nombre de femmes dont une, dans le commentaire à mon billet d’hier. Je dis le commentaire à mon billet d’hier, au singulier, car ce n’est pas le nombre qui compte mais bel et bien la qualité du commentaire. Même si celui-ci m’a semblé teinté d’une certaine ironie, il n’en demeure pas moins que je n’y donnerai pas une suite favorable. Il ne faut pas pousser Stéphane ni dans les orties ni dans les mémés, ni dans les nanas, dans les ménageries. Ça ne veut rien dire mais je le maintiens malgré tout.

D’abord, je pense que je ne peux pas rester en prison pour un délit aussi infime quand on voit que nombre de personnalités politiques ou du milieu des affaires n’y sont jamais allés en ayant fait bien pire que moi. Moi, je n’ai fait qu’une banale escroquerie de petite envergure. J’ai peu d’ambition, c’est ce qui me perdra. Quoiqu’il en soit, si tant est que je fasse un tour en prison, autant vous dire que ce n’est pas la peine de m’apporter ne serait-ce qu’un quart d’orange. Dans le meilleur des cas, ce serait ma moitié d’orange qui pourrait être avec moi pour complicité. Mais même une orange franchement, qui me dit que vous ne l’auriez pas volée pour me l’apporter ?

À la limite, si tant est qu’on puisse imaginer que je fasse un séjour en prison sans passer par la case départ et donc, sans toucher les 20 000 francs que j’ai pu toucher à plusieurs reprises quand j’étais enfant, à imaginer que je fasse un séjour en prison, encore faudrait-il que tout l’argent récupéré auprès des lecteurs de ce blog me permette de payer une caution et que je n’y reste qu’une heure. Juste le temps de visiter une cellule et d’en sortir en disant que je ne suis pas intéressé. Parce que moi, peu de gens le savent mais ma meilleure amie est avocat et donc, j’ai des appuis et des soutiens de forte importance. En plus, je trouve que les clémentines, c’est plus facile à éplucher.