C'est la saison des coquilles Saint-Jacques et, en tant que récent spécialiste, je me vois devoir vous donner quelques infos concernant ce coquillage raffiné.

D'abord, sachez que la saison des coquilles ne dure que six mois, d'octobre à avril et que leur pêche est extrêmement limitée et surveillée : les professionnels n'ont le droit de les pêcher qu'une heure par jour, trois jours par semaine et quatorze jours par mois. Tout en respectant des quotas. Et gare aux contrevenants. Même vous, en tant que particuliers, s'il vous prend l'envie d'aller cueillir quelques coquilles au petit large de la Bretagne et qu'on vous prend sur le vif, sachez que vous risquez gros.

Ensuite, une information vachement importante qui, une fois de plus, vous fera briller en société : les coquilles ont un moyen très original pour se déplacer. Elles aspirent de l'eau dans leur coquille et l'expulsent violemment par les fentes striées à la base de leurs oreilles. Et ça produit un effet qui s'appelle l'hydropulsion. Génial, non ?

Et, pour parler un peu plus des coquilles en termes techniques : pour savoir si vous achetez des vraies coquilles, vous devez lire leur nom latin "pecten maximus" sur les étiquettes (que ce soit chez le poissonnier ou dans des plats surgelés) sinon, c'est que vous avez affaire à des pétoncles qui sont souvent alourdis par une eau additionnée d'un rétenteur. Donc, tromperie sur la marchandise. C'est à vous de voir. Attention aussi, préférez les coquilles entières qu’on vous décoquillera aux autres, qui peuvent être d’importation. Et gorgées d’eau pour les alourdir.

Je ne peux m'empêcher de terminer de billet sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle dont l'emblème est donc la coquille. Là encore, assurez-vous qu'il s'agit bien d'une "pecten maximus" sinon, c'est que vous êtes sur les chemins des Pétoncles de Compostelle.

Je sais, je n'ai aucune limite. Mais tant pis. De toute façon, au-delà de cette limite, mon billet doit être Compostelle

Clou des Chemins de St Jacques IMG_3122 040716

P.S : la photo représente un des nombreux clous qui sont dans les rues de Bordeaux, rues qui font partie des chemins de Saint-Jacques.