18 février 2019

manque réel de motivation

Il y a des jours comme ça où on manque réellement de motivation. J’ai tellement donné depuis mon réveil, ce matin que là, en rentrant chez moi, à 14h30, je n’en puis plus. J’ai un coup de barre que même un Mars n’aiderait pas à faire partir (en plus, je n’aime pas le chocolat !) et je n’ai qu’une envie : celle de me mettre sur un transat sur la terrasse et me la couler douce au soleil. Sauf que pour l’instant et jusqu’en mars, environ, il n’y a pas encore de soleil sur ma terrasse, il n’en manque pas beaucoup pour qu’il nous... [Lire la suite]

23 septembre 2018

il y a des endroits où ça ressemble à l’automne

Je sais que l’automne, le début de l’automne, c’est pile poil en ce moment mais compte tenu du niveau global d’ensoleillement, on pourrait encore se croire en été. Sauf que, sauf que, il y a des endroits où ça ressemble à l’automne malgré tout. Juste certains endroits. Pas partout. J’en veux pour preuve l’angle gauche de la terrasse, quand on regarde depuis la porte-fenêtre du séjour, là où il y a le plus d’ombre quelle que soit la saison, eh bien là, depuis quelques jours, depuis mon retour de Biscarrosse, c’est flagrant, c’est très... [Lire la suite]
17 juin 2017

est-ce que « avant », ça compte quand même ?

Je ne sais pas ce qui m’a pris mais ce midi, avant de déjeuner, pendant que je faisais réchauffer les restes du plat de mardi soir dernier, j’ai pris le roman que je suis en train de lire et je suis allé me poser délicatement sur un transat de la terrasse, non, dans un transat, sur la terrasse. J’étais bien, j’avais la tête à l’ombre (et donc, j’avais la tête ailleurs, aussi) et le reste du corps au soleil. Ou plus exactement : sous le soleil. Pas à côté. Pas n’importe où. Et ce qui devait arriver arriva. Et ce qui devait... [Lire la suite]
14 septembre 2015

face à moi

Dimanche, il pleuvait. Je savais que ça allait être une journée (un peu) particulière. Parce que c’était jour de réception un jour de pluie. Et parce que les invités du jour, je ne les connaissais quasiment pas. Je ne les avais vus qu’une fois et ils ne m’avaient pas laissé un souvenir inoubliable, il y a une vingtaine d’années, de cela. Ce sont des amis du président qu’il n’a pas vus depuis autant de temps que moi. Sauf qu’il les connaît depuis quarante ans. Et ma foi, avec mes parents et le patron, nous sommes restés. Mes parents en... [Lire la suite]
21 mai 2014

presque la sieste

La chambre était parfaitement silencieuse tandis qu’il lisait, et c’était un silence qu’il ne connaissait que trop bien. Il savait qu’il n’y avait pas de calme plus mortel que celui de l’heure qui précède l’aube, quand on est seul au lit et que la lumière est allumée. Et rien ne permettait mieux d’entendre ce silence que le fait de savoir que la neige s’était mise à tomber dans la nuit de l’autre côté de sa fenêtre. Jonathan Coe – Une touche d’amour Version 1 : il était allongé sur le transat, seul sur la terrasse et il ne... [Lire la suite]