04 décembre 2019

interdiction aux aurores d’être boréales

Moi, Stéphane 1er (et Stéphane Dernier), en tant que dictateur maître du monde et de l’univers (même à Pallu, dans les Deux-Sèvres, c’est dire si je suis devenu importantissime), moi, Stéphane 1er (et Stéphane Dernier) que dorénavant, toute aurore se voit interdite d’être boréale sans mon autorisation expresse. Parce qu’il m’est totalement inadmissible que d’autres que moi puissent en voir et comme je ne sais pas encore quand je pourrai aller en admirer, je n’accepte pas l’idée que eux, oui et moi pas. Et comme il n’y a pas de raison... [Lire la suite]

31 octobre 2018

dans pile cinq mois

Je suis désolé, je saoule un peu tout le monde avec cette histoire de rupture conventionnelle à presque 59 ans. Il faut dire que c’est quand même quelque chose d’important dans une vie. Quitter un emploi pour se retrouver au chômage, dans un premier temps, du moins, à mon âge, c’est un peu n’importe quoi mais c’est mon corps qui a tout fait pour que je prenne cette décision. La bonne décision ? C’est un certain avenir qui le dira, pour l’instant, c’est prématuré de vouloir répondre à cette question. Nous sommes le 31 octobre... [Lire la suite]
12 juin 2018

les mains du masseur

Bon, nous allons y aller progressivement. Laissez-vous faire, détendez-vous. Vous êtes ici pour vous faire du bien donc, n’hésitez pas à lâcher prise, bien au contraire. Je vais d’abord vous masser l’arrière du corps, tranquillement, vous ne cherchez pas à résister, le but de cette séance, c’est de vous relaxer au maximum, de faire baisser voire disparaître toutes vos tensions. Et si j’en crois ce que mes mains me disent, déjà, rien qu’au niveau de vos épaules, je sens des contractions comme rarement. N’ayez crainte, je ne vous ferai... [Lire la suite]
23 décembre 2016

ne pas voir Naples et mourir quand même

On respire un grand coup ou un grand bol et on ferme les yeux et on se dit que tout ira bien. Comme on n’a pas le choix, il faudra bien que tout aille. Sans préciser ni bien, ni mal, il faudra que tout aille, un point c’est tout. Un poing levé, c’est tout. Parce qu’on ne se laissera pas abattre comme ça. Certains sont tombés au champ d’horreur mais les autres, nous autres, bien plus nombreux, pas surnuméraires, non, juste nombreux. Et nous garderons la tête haute. Même si nous avons le cœur bien bas. Et l’autre, là, le terroriste, il... [Lire la suite]