Bon, nous allons y aller progressivement. Laissez-vous faire, détendez-vous. Vous êtes ici pour vous faire du bien donc, n’hésitez pas à lâcher prise, bien au contraire. Je vais d’abord vous masser l’arrière du corps, tranquillement, vous ne cherchez pas à résister, le but de cette séance, c’est de vous relaxer au maximum, de faire baisser voire disparaître toutes vos tensions. Et si j’en crois ce que mes mains me disent, déjà, rien qu’au niveau de vos épaules, je sens des contractions comme rarement. N’ayez crainte, je ne vous ferai pas mal, ce n’est pas le but. Fermez les yeux et laissez votre corps réagir à ce que mes mains lui font. « Et si je m’endors ? » Eh bien, vous vous endormirez, de toute façon, je ne fais aucun geste brusque quand je m’occupe de quelqu’un. Et si vous dormez, profitez-en pour faire de beaux rêves, il sera toujours temps de vous réveiller à la fin de la séance. Et là, vous verrez, vous vous sentirez bien comme jamais. Oui, vous vous sentirez bien comme jamais.

Facile à dire. Bien comme jamais. Si encore j’étais sûr d’avoir jamais vraiment été bien. Oui, bien sûr, j’ai connu des moments de joie, des moments de plaisir, des moments heureux mais ça a toujours été un peu fugace, chez moi. Ou pour moi. Comme si je ne m’étais jamais vraiment autorisé à ne pas être à un niveau moyen voire plus bas. Pourtant, je n’ai aucune faute à racheter. Je ne suis pas là pour expier celles de l’humanité tout entière, sans « e » à tout. On pourrait croire que si à cause de la liaison mais en fait, non. Hmmm, c’est vachement bon, ce qu’il me fait, le kinésithérapeute. Ou le masseur. Car je crois qu’il n’est pas kiné, justement. Non, là, c’était juste un massage détente et j’espère qu’il ne va rien dérégler de plus en moi, vu qu’il n’est pas kiné. J’espère qu’il connaît son boulot, le mec. En tout cas, il est sympa, c’est amusant, ça me fait penser aux séances d’hypnose. Une douceur dans la voix, un ton monocorde. Tout pour se laisser bercer. Mais pas d’illusions.

Ça va ? « Hmmm… » Vous dormez ? « Non, mais pas loin… » Tournez-vous. Mettez-vous sur le dos, s’il vous plaît. Là, on va attaquer le ventre. On dit que c’est le deuxième cerveau. Je vais donc masser vos neurones du bas. Il ne manque pas d’humour, le masseur. Moi non plus. Je lui dirai peut-être tout à l’heure, à la fin de la séance, que les mains du masseur sont tout proches de la culotte du zouave que je suis. Vous êtes même tendu de l’abdomen. C’est abdominable ! Je vais faire en sorte que tout se dénoue au mieux. Ouais, que ça se relâche. Mais pas trop, peut-être, hein ? Ça va, je ne vous fais pas mal ? « Hmnoon, au contraire, ça me fait du bien. » … Bon, nous arrivons à la fin de cette séance. Vous attendez un peu pour vous relever, vous commencerez par vous asseoir doucement sur la table et vous surveillez que la tête ne vous tourne pas. « D’accord. » Oh la vache, il avait raison. Je me sens super bien. Vachement détendu. Peut-être même, peut-être même comme jamais. C’est dire.