Moi, Stéphane 1er (et Stéphane Dernier), en tant que dictateur maître du monde et de l’univers (même à Pallu, dans les Deux-Sèvres, c’est dire si je suis devenu importantissime), moi, Stéphane 1er (et Stéphane Dernier) que dorénavant, toute aurore se voit interdite d’être boréale sans mon autorisation expresse. Parce qu’il m’est totalement inadmissible que d’autres que moi puissent en voir et comme je ne sais pas encore quand je pourrai aller en admirer, je n’accepte pas l’idée que eux, oui et moi pas. Et comme il n’y a pas de raison que le Chef Suprême soit privé de plaisirs que d’autres ont le droit de vivre, et toc, maintenant, ça n’existera plus. Ces aurores seront capturées au moment où elles s’apprêteront à devenir boréales. Et ainsi soit je. Et moi-même gratias.

Pendant qu’il y est, Stéphane 1er (et Stéphane Dernier) va également décréter autre chose avant la fin de l’année et il va en donner la liste à ses sujets qui ont intérêt à bien respecter les consignes qu’ils vont recevoir sous « peine de mort alité. » En ces périodes de pré-fêtes (comme la femme du préfet), tout le monde devra avoir le foie gras afin d’éviter d’avoir à gaver des canards et des oies (pourquoi des canards mâles et des oies femelles ?) qui n’ont rien demandé à personne. Parce que oui, Son Dictateur Ultime aime le foie gras mais il a de la peine quand il pense à d’où ça vient car derrière son impassibilité, le Maître de l’Univers a un cœur qui bat. Et donc, tout contrevenant à ses lois se verra gaver pour obtenir un foie bien graisseux. Ainsi soit je. Et moi-même gratias.

Stéphane 1er (et Stéphane Dernier – puisqu’il est évidemment impensable qu’il y en ait un autre après lui d’après moi) se doit (ce doigt ?) d’avoir un médecin attitré afin qu’il soit assuré d’être en bonne santé et d’avoir une forme éblouissante à l’aube de ses 60 ans. À ce propos, cher futur légiste de mon état anthume (avant de le devenir pour mon état posthume, à ma gloire éternelle), pouvez-vous m’expliquer pourquoi j’ai si mal à mon pouce de pied droit ? Est-ce que par hasard ma sainte Prostate n’aurait pas décidé de s’offrir une descente d’organe ? Qu’elle sache vite qu’elle n’en a pas le droit sans mon autorisation et que si elle persiste, je vais prendre mon pied et lui faire comprendre qui je suis. Et on verra qui aura le dernier mot, Jean-Pierre. Ainsi soit je et moi-même gratias.