28 juin 2020

mais ce n’était pas mon anniversaire, hier !

Mais, Stéphane, ce n’était pas mon anniversaire, hier ! Pourquoi tu as écrit ce billet-là « pour ton anniversaire » ? C’est gentil et d’ailleurs ça m’a vachement étonné parce que, après toutes les vacheries que tu as écrites sur moi, depuis le 20 juin, qu’est-ce que tu as pu être méchant, sur mon physique et sur mon métier et sur tout ce qui me concerne, en fait. Vraiment, je finissais par penser que tu n’étais que dans la critique et que rien de bon ne pouvait sortir de toi. Mais qu’est-ce qui lui prend, à... [Lire la suite]

20 juin 2020

le masque te va super bien

Nous ne nous étions pas vus depuis… Oh oui, au moins… Oui, c’est ça, environ 40 ans. Ça fait 4 décennies que nous ne nous sommes pas vus. Déjà que nous n’avons jamais été proches, quand nous étions enfants ou adolescents mais là, rien, non, rien de rien, je ne regrette rien. Ben oui, pourquoi voudrait-on que je regrette quelque chose qui n’a pas existé et qui n’avais pas de raison d’exister. On ne peut pas forcer ses sentiments. On ne peut pas en inventer. Je ne dis pas qu’il n’y a pas eu d’affection entre nous mais c’était... [Lire la suite]
15 juin 2020

noces de chypre

On dit que 6 ans de mariage permettent de fêter les noces de chypre. Attention, pas les noces de Chypre avec un C majuscule mais les noces de chypre, avec un petit C. Un petit C comme dans petit con. Ça me fait une belle jambe car les noces de chypre, quelque part, on s’en fout un peu, non ? Ce n’est pas pour rien que si je ne le dis pas ici, personne ne sait que ça existe les noces de Chypre. Tout comme personne ne prononce jamais le mot « annonéenne » (voir le billet d’hier) mais j’aime bien distiller mon savoir au... [Lire la suite]
15 mai 2020

1 200 pas (billet déconfiné)

Je ne sais pas si tu existes mais tu habites à 1 200 pas (environ) de chez moi (j’ai bien précisé « environ » car le calcul du nombre de pas ne peut pas être une science exacte, ça dépend entre autres du fait de commencer du pied gauche ou du pied droit et des éventuels obstacles en cours d route, pour ne citer que ces deux points) et marcher jusque chez toi, ça me permet de faire 2 400 pas, aller et retour, à chaque fois (environ, toujours pour les mêmes raisons) mais, si tu existes, j’insiste, encore faut-il que... [Lire la suite]
30 janvier 2020

et si tu n’existais pas…

Et si tu n’existais pas, ma foi, est-ce que j’aurais pu t’inventer ? Oh, je n’ai rien d’un savant dingue, je n’ai rien d’un docteur es création d’être humain et contrairement aux apparences, je n’ai rien d’un Dieu générateur de vie. Oh, j’aurais pu t’inventer dans mes rêves des plus sages aux plus fous et j’aurais collé l’image idéale que je me serais faite de toi dans ma boîte à fantasmes, dans laquelle il y a des reliques de toutes mes précédentes amours (je parle de celles qui ont compté mais pas que…) Et si tu n’avais pas... [Lire la suite]
07 janvier 2020

moi, je vous dis que les étoiles ne sont pas des étoiles

Moi, je vous dis que les étoiles ne sont pas réellement des étoiles. Qu’elles n’en sont même pas du tout. Comment je le sais ? Tout simplement parce qu’elles n’existent pas. Franchement, entre nous, vous pensez que si elles existaient vraiment, la main de l’homme n’aurait pas déjà tenté de poser le pied dessus ? Regardez la lune, elle, on sait qu’elle existe. D’abord, parce que Jules Verne l’avait écrit dans un roman bien avant qu’on puisse en avoir la preuve. Ensuite, parce qu’on les a vues les images du premier homme sur... [Lire la suite]

25 novembre 2019

où est donc passé le local « poussettes » ?

Rien n’échappe à l’œil de louve-cervière de Mymy. Hier matin, elle a lu mon billet quotidien (Notre père Stéphane, donne nous aujourd’hui notre billet quotidien et pardonne-toi tes offenses…) et elle relevé la seule anomalie qui n’aurait pas dû exister. Et quand je parle d’anomalie, je ne parle pas de moi, évidemment, je suis exigeant avec moi mais pas au point d’être si méprisant, il y a des limites à ne pas franchir, sinon, c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres aux volets clos. Parce que, une fois n’est pas coutume, je... [Lire la suite]
02 octobre 2019

rien, non, rien de rien

Alors, réfléchissons un instant : si je n’organise rien pour mon anniversaire, il va bien falloir que je n’envoie pas d’invitation à personne. Ou que je n’envoie pas d’invitation à tout le monde. Dans quel sens ça marche, ce truc ? Et puis si je n’envoie rien à personne, comment sauront-ils qu’il ne se passera rien. Que je ne les attendrai pas tel jour de tel mois à telle heure et à tel endroit. Parce que, pour moi qui aime (un peu trop) la ponctualité, je ne voudrais pas que personne ne se perde et n’arrive en retard à une... [Lire la suite]
23 août 2018

et si tu n'existais pas

Et si tu n’existais pas, dis-moi pourquoi j’existerais ?... Peut-être tout simplement parce que si tu n’existais pas, j’aurais peut-être fait la connaissance de quelqu’un d’autre avec qui j’aurais pu aussi vivre une très belle histoire. Va savoir. Après tout, peut-être que si tu existais ailleurs que dans ma vie, ça n’aurait pas changé le monde. En plus, tu existais avant qu’on se rencontre et tu continueras d’exister après qu’on se perde de vue. En tout cas, si tu n’avais pas existé dans ma vie, j’aurais vécu autrement.... [Lire la suite]
05 mai 2018

dans une heure, tu seras là

Ou pas. Dans une heure, tu seras peut-être là. Personnellement, je préférerais que tu sois là, même si c’est dans deux heures mais si ça se trouve, tu ne seras pas là. Tu ne seras peut-être même plus jamais là. Va-t’en savoir, avec toi. Je devrais plutôt dire « sans toi » car « avec toi, ça relève du passé ou du quasi impossible. Je le crains. Mais je vais essayer d’apprendre à m’en foutre. Comme ça, si quelqu’un devait souffrir de ton absence, ça ne sera plus moi. Je regarde ma montre, le temps est long, il traîne. Je... [Lire la suite]