21 avril 2017

avant que les paupières ne baissent leur rideau

Il va falloir que je me dépêche à écrire mon billet quotidien car vu comment je suis fatigué, si ça se trouve, je vais m’écrouler de sommeil sur mon clavier et je me réveillerai avec AZERTYUIOP sur le front. Et comme je ne pense pas que ça soit vraiment très confortable de dormir sur un ordinateur portable… Ça m’est déjà arrivé d’être dans un état proche de celui-ci, au travail et de faire des tâches tellement répétitives que j’étais dans une semi-conscience, un peu comme quand on est hypnotisé, et si mes doigts appuyaient sur les... [Lire la suite]

15 mars 2017

un voyage dans le(s) temps

J’ai déjà programmé mes (petits et courts) billets du 20 au 24 mars mais ça fait aussi deux jours que j’en écris d’avance mais dans lesquels je fais comme si on était la veille alors qu’on est le lendemain sauf quand c’est le jour-même, ce qui est un peu le cas aujourd’hui mais un peu de différé, ça ne fait de tort à personne. Surtout quand on voit tout ce qui se passe de bien plus grave autour de nous.  Aujourd’hui, tout du moins, hier, mais ça, vous ne le saurez que demain, aujourd’hui, donc, je suis allé en ville par le bus et... [Lire la suite]
14 mars 2017

des mots qui ne riment à rien (ou pas à grand-chose)

Finalement, j’ai pu accéder à mon espace personnel, dans mon blog, hier, vers 17h30. J’avoue que je n’y croyais plus trop car plus de deux heures sans pouvoir me connecter, j’ai vraiment cru que la censure était passée par là. À cause de Pénélope ou à cause de Marine. Mais non, plus de peur que de mal. Quoique… Quoique…  Plus de peur que de mal ? Pas autant que si j’avais remplacé mon billet quotidien par un poème car pour me venger, j’ai failli faire des vers. Des vers pour oublier. Mais j’ai eu des problèmes de rimes. ... [Lire la suite]
12 mars 2017

caisse de prévoyance

J’ai choisi l’option de publier un billet par jour pendant ma semaine de vacances, à partir du 19 mars prochain, quand je serai en Allemagne. Mais comme je ne veux pas chercher des moyens de me connecter à tout prix pendant que je serai là-bas, j’ai décidé d’écrire cinq (petits) billets à l’avance. Que cinq ? Oui : nous partons dimanche mais je pense que j’aurai le temps d’écrire ce jour-là et nous reviendrons le samedi suivant sur Bordeaux et là encore, je ferai le nécessaire de chez moi, une fois revenu à non port. Cinq... [Lire la suite]
24 février 2017

encore soixante-dix-sept

Encore soixante-dix et Blanche Neige pourra s’amuser avec soixante-dix-sept nains. De quoi l’occuper pour le restant de ses jours. Non, plus sérieusement, encore soixante-dix-sept et j’atteindrai le mille cinq-centième billet de ce blog. Mille cinq cents. Ça fait un bon peu, comme ils disent dans l’Ain. Mille cinq cents, c’est à la fois beaucoup mais en vérité, je vous le dis, c’est peu. C’est peu en regard du nombre de pages de certains romans ou d’autres livres tels que la Bible. Mais c’est malgré tout quelque chose. Et là,... [Lire la suite]
17 février 2017

Philippe a une araignée dans le slip

Que ceux qui se sont inquiétés pour moi (et je peux vous avouer qu’ils ne sont pas légion) soient soulagés car je n’avais pas de migraine, hier même si j’ai publié un poème, hier. Il ne faudrait pas croire qu’un madrigal équivaut systématiquement à une céphalée. Parfois, je peux avoir envie de prendre quelques vers comme ça, juste pour le plaisir. Et quand j’ai découvert ce texte de Rimbaud, je suis tombé sous le charme tout en me demandant si ce n’était pas un faux. Mais non, même s’il n’est pas typique de l’écriture rimbaldienne, il... [Lire la suite]

29 janvier 2017

quel candidat a des beaux yeux, tu sais ?

Il n’est pas du tout impossible que je me renie tout seul. Que je m’auto-renie. Parce que là, il est pile huit heures au moment où je commence d’écrire ce billet et comme les bureaux de vote ouvriront dans une heure, il me suffit d’enfiler un pantalon, un pull et un blouson et je peux y être dans les premiers. Au moins, j’aurai fait ce que j’aurai cru bon de faire. Remplir son devoir citoyen. C’est un peu comme remplir son devoir conjugal. Sauf que là, c’est plus proche de la masturbation politicienne et intellectuelle... [Lire la suite]
18 janvier 2017

quand on ne sait pas quoi dire, on pioche un sujet au hasard dans un chapeau

Il y a des jours où je ne sais absolument pas de quoi je vais parler. Peut-être parce que je n’ai rien à dire. Rien de spécial. Oui, je sais. Quand on n’a rien à dire, on n’a qu’à fermer sa gueule. Sauf que moi, je ne peux pas. Je dois (d’honneur ?) écrire tous les jours. J’ai promis. J’ai juré. À qui ? Ça, ça ne regarde que moi. Je ne peux pas en dire plus. En tout cas, pour le moment. De toute façon, ce n’était pas le propos du début de ce billet. Je voulais juste dire qu’aujourd’hui, je suis en panne totale... [Lire la suite]
02 décembre 2016

rendre des comptes

Et pourquoi n’avez-vous pas écrit votre billet quotidien plus tôt dans la journée ? Ben heu, à vrai dire, j’avais le choix entre le faire juste après déjeuner et ne pas me reposer ou attendre d’être allé en ville pour deux ou trois courses et remettre un dossier au patron… oui, la grande enveloppe que j’avais avec moi, tout à l’heure, quand je suis parti en tram pour aller au centre-ville… mais de fil en aiguille, le temps a passé et au lieu de rentrer rapidement chez moi, je suis revenu que vers 17h30 alors forcément, ça m’a... [Lire la suite]
20 novembre 2016

anonymement

Suite à la publication de mon billet d’hier, d’aucuns m’ont demandé (pas directement, c’est dommage) pourquoi j’ai surnommé Bernard, Bernard Kayak  et pas Bernard Martin ou Bernard Dupont ou Bernard Autrechose. Alors, que les choses soient claires, si tant est qu’il faille encore les expliquer : sans son assentiment, je ne pouvais décemment pas citer le vrai nom de ce copain sans prendre le risque que des gens qui liraient ce blog et qui le connaîtraient lui en feraient part et donc, il pourrait en être un peu marri. Parce... [Lire la suite]