Bon, allez, et si je faisais encore mieux que les journaleux ? Si je lançais déjà les premières flèches pour l’élection présidentielle de 2027 ? Après tout, il n’y a pas de raison qu’il n’y ait que les médias qui soient autorisés à le faire. Et puis, tout quinquennat commencé est considéré comme presque terminé alors autant passer à la suite. Et toujours avoir un coup d’avance, ce n’est pas si ridicule que ça, il me semble. Et moi qui préfère aller vite que me traîner, autant que je me serve de mes capacités. Bon, donc, pour 2027, quel âge aurai-je au printemps, dans cinq ans ? C’est simple, j’aurai 67 ans. Est-ce que ça me fait quelque chose ? Bof. Est-ce que ça me fait peur ? Bof. Est-ce que je sais déjà pour qui je voterai ? Bof. Non, je ne sais rien de tout ça mais je peux tenter d’imaginer quel sera mon état d’esprit.

Ou tenter d’imaginer où je serai et qui je serai. Si ça se trouve, je serai veuf. Ou pas. Et si oui, je toucherai peut-être la réversion du président. Et si je dois me retrouver seul, est-ce que je garderai mon appartement actuel ou irai-je vivre ailleurs ? Rien n’est impossible mais à la seule condition qu’il y ait une terrasse, comme actuellement. Aurai-je encore tous mes cheveux ? On dit que les hommes qui ont des cheveux blancs très jeunes les gardent longtemps. Reste à savoir si cette idée est reçue ou vérifiée. En 2027, normalement, j’aurai une voiture hybride ou électrique. Si je suis toujours en capacité de conduire. Aurai-je alors été opéré de la cataracte comme c’est le cas pour beaucoup de gens du troisième âge ? Et dans mon entourage, qui sera encore vivant et qui sera mort ? Si ça se trouve, je serai seul.

Oui, seul et abandonné. Alors si j’ai les moyens de voyager, je pourrai toujours aller rendre visite à des gens que j’aime ou aller découvrir des endroits pas trop pourris par le tourisme de masse. Ou alors, je serai peut-être dépendant, en 2027. Peut-être handicapé physique, obligé de me déplacer dans un fauteuil roulant. Aurai-je besoin de quelqu’un pour me pousser ? Serai-je incontinent ? Ou alors, je serai peut-être atteint d’une maladie neurologique. Et je n’aurai plus d’intérêt pour rien. Et je passerai mes journées à regarder les chaînes d’infos, en boucle sans me souvenir de ce que j’aurai vu un quart d’heure avant. Dans toutes ces conditions, moi, pour l’élection présidentielle de 2027, je voterai pour un candidat qui aura compris tout ça, chez moi. Mais pour l’instant, je ne vois vraiment pas qui le pourra, non, vraiment.