15 octobre 2019

Gare de Lyon, mardi matin

Je te téléphone près du métro Rome. Paris, sous la pluie me lasse et m'ennuie. La Seine est plus grise que la Tamise, ce ciel de brouillard me fout le cafard… Je vais me réveiller dans un hôtel proche de la  Gare de Lyon, ce matin. Je vais forcément me demander ce que je fais là, avant de réaliser que c’était prévu, que j’avais moi-même procédé à la réservation. C’est un déplacement express à Paris en venant de Lyon où j’ai fait un autre déplacement express, hier. Une espèce de faux tour de France en 36 heures montre en main.... [Lire la suite]

09 février 2018

rupture à l'amiable

Je te quitte. Je te quitte parce que j’ai perdu le joli foulard que tu m’avais offert et ça, c’est vraiment la goutte d’eau qui fait déborder la Seine amont et la Seine aval. À cause de ça, le zouave a de l’eau jusqu’aux hanches et ça n’est pas normal. Tu n’as aucune pitié. Aucune compassion. Pour rien ni personne si ce ne sont tes parents et ta petite personne. Et encore, quand je dis « ta petite personne », je suis dans la litote parce que si je devais être franc, mais alors, je serai méchant, je serais obligé de parler de... [Lire la suite]
20 janvier 2017

vingt janvier deux mille dix-sept

Nous sommes le 20 janvier (ça prouve déjà qu’on est en direct et non pas en différé) et j’ai voulu marquer spécialement ce jour car il me semble bien qu’on ne l’oubliera pas de sitôt. Pourquoi le marquer, alors ? Parce qu’il faut aussi qu’on sache qu’il y a eu des 20 janvier un peu plus positifs, dans l’histoire contemporaine de l’humanité. Avant, du temps de l’Antiquité et surtout de la Préhistoire, on avait une notion nettement plus floue du 20 janvier. Alors, dans le désordre, pour la partie passée, voici ce qui a pu arriver... [Lire la suite]
19 novembre 2015

revoir Paris

Revoir Paris Un petit séjour d'un mois Revoir Paris Et me retrouver chez moi Seul sous la pluie Parmi la foule des grands boulevards Quelle joie inouïe D'aller ainsi au hasard Prendre un taxi Qui va le long de la Seine Et me revoici Au fond du Bois de Vincennes Roulant joyeux Vers ma maison de banlieue Où ma mère m'attend Les larmes aux yeux Le coeur content Mon Dieu que tout le monde est gentil Mon Dieu quel sourire à la vie Mon Dieu merci Mon Dieu merci d'être ici Ce n'est pas un rêve C'est l'île d'amour que je vois Le jour se... [Lire la suite]
17 novembre 2015

à Paris (version prose)

À Paris, quand un amour fleurit, ça fait pendant des semaines deux cœurs qui se sourient, tout ça parce qu'ils s'aiment. À Paris, au printemps sur les toits les girouettes tournent et font les coquettes avec le premier vent qui passe indifférent, nonchalant. Car le vent, quand il vient à Paris n'a plus qu'un seul souci : c'est d'aller musarder dans tous les beaux quartiers de Paris. Le soleil, qui est son vieux copain est aussi de la fête et comme deux collégiens, ils s'en vont en goguette dans Paris et la main dans la... [Lire la suite]
Posté par sibal33 à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,