Sur les 100 000 façons de quitter sa femme, il y en a quelques-unes qui sont des clichés dans la façon de le faire et ce n’est jamais à mettre au crédit des hommes. Mais si ça se trouve, les femmes ne sont peut-être pas plus glorieuses dans leur façon de quitter leur mari. Sauf que là, c’est un autre débat qui n’a pas sa place ici. Aujourd’hui, dimanche, jour du seigneur, je voulais juste évoquer certaines façons banales ou originales de se séparer de son épouse.

Dans les manières les plus banales, il y a surtout la preuve que l’homme, en tant qu’être pourvu d’une paire de gonades (parfois, ça reste justement à prouver), il y a l’attente que sa femme en ait marre et fasse tout pour le quitter. À son grand soulagement à lui. Et il y a l’argument pitoyable et miteux de faire croire à sa nana qu’on l’aime trop pour continuer à ne pas la rendre heureuse, qu’on ne la mérite pas et qu’elle mérite surtout mieux, elle.

Après, il y a ceux qui ne savent pas se dépatouiller de cette situation et qui trouvent des arguments plus que fallacieux pour tenter de s’en sortir : « Avec toi, en fait, je me suis rendu compte que je n’étais pas hétéro » ou, comble de la méchanceté : « Je regrette vraiment mais tu es devenue trop grosse et tu sais combien je n’aime pas ça. Et le fait que tu sois enceinte de 8 mois n’y est pour rien, vraiment » ou encore «  Coucou, c’est moi ! Cocue, c’est toi ! »

Il y a aussi ceux qui sont capables de l’humour le plus noir, moi, ça me fait rire mais je n’aimerais pas être la femme qui se fait quitter de cette façon : « Je suis devenu écolo-convaincu et je fais le tri, je te jette », « Dis-moi, ta fille, elle est vaginale ou clitoridienne ? » ou « Quand je t’ai connue, je sortais d’une relation difficile, j’avais besoin de me reconstruire, maintenant, ça va mieux, ciao ! » Et je suis sûr qu’on peut en trouver ou en imaginer encore de bien pires que ça.

Celle qui m’a le plus amusé, récemment, je l’ai lue dans Télérama. Aux États-Unis, un sexagénaire a attaqué une banque et une fois son sac plein de billets, il s’est assis devant l’agence pour attendre la police et se faire arrêter. Aux agents, il a déclaré : « Mettez-moi vite en prison, s’il vous plaît. Je ne supporte vraiment plus de vivre avec ma femme ! » Cet homme-là, il me fait de la peine car en arriver à ce point et commettre un tel acte, fallait-il que lui soit vraiment mal dans son couple.