18 novembre 2015

le lisier

Je suis très admiratif de celles et ceux qui ont perdu quelqu’un de cher, pendant les attentats, ceux de vendredi dernier ou d’autres, plus anciens, admiratif devant la force de leur caractère pour supporter cette douleur pourtant inacceptable. Je suis admiratif devant leur capacité à ne pas être en colère voire à accorder leur pardon afin de relever la tête plus vite et aller de l’avant. Car de toute façon, il n’y a pas grand-chose d’autre à faire, dans ces cas-là. Je suis d’autant plus admiratif que je ne sais pas si j’aurais cette... [Lire la suite]