18 novembre 2019

je confirme : j’ai envie de poésie, en ce moment

Comme je l’ai déjà dit dans un précédent billet (voir le 12 novembre dernier – « c’est peut-être l’automne qui me rend comme je suis en ce moment »), en ce moment, j’ai envie de poésie. J’ai envie de lyrisme. J’ai envie que les violons giclent comme jamais. J’ai envie de chamades. J’ai envie d’étoiles dans tes yeux et de papillons dans mon ventre, comme disent les filles parce que les filles, c’est plus romantiques que les garçons, sauf certains que je connais – à moins que je ne me trompe mais je ne pense pas. J’ai envie de... [Lire la suite]

04 novembre 2019

Marie douceur, Marie colère

Une des plus belles femmes du monde. Des yeux à vous faire tomber à la renverse. Une voix qui me charmait dans chaque chanson. Et une certaine folie qui, même si elle m’effrayait un peu, me plaisait malgré tout. Mon amour, mon amie… J’aurais tellement aimé pouvoir lui dire, si j’avais pu la rencontrer, à l’époque où elle était une femme publique mais moi, j’étais bien trop jeune et j’avais d’autres idoles qui occupaient mon quotidien, mais elle, elle, elle avait une place particulière dans mon cœur. Combien de fois suis-je allé sur la... [Lire la suite]
29 octobre 2019

j’ai pris l’habitude de leur dire qu’ils sont beaux

J’ai pris l’habitude de leur dire qu’ils sont beaux et comme ça, ça passe comme une lettre à La Poste, sauf en cas de grève. Sauf en cas de grève, la lettre à la Poste, je précise au cas où je n’aurais pas été assez clair. Il y en a qui m’ont regardé avec des yeux interrogateurs, en se demandant ce que je voulais dire et au vu de leur air inquiet, un peu abasourdi, j’ai répété. Et si ça les rassure, je vais juste ajouter que je les trouve beaux, ceux qui ne comprennent pas les choses du premier coup. J’ai pris cette habitude, de leur... [Lire la suite]
18 mai 2019

sans y toucher, comme elle a dit

Alors voilà, si on doit se revoir, il faut savoir que je n’aime pas qu’on me balance un seau d’eau sur la figure pour me réveiller alors que je suis en train de dormir à points, c’est tout. Et à poings fermés, oui, aussi. Je n’aime pas prendre le petit déjeuner au lit. Même tout seul. Et que le matin, je n’ai pas forcément besoin de boire un café pour être opérationnel mais je n’aime pas qu’on me parle de choses trop sérieuses dès le réveil. Des choses trop sérieuses comme l’évolution du prix de l’immobilier, la faim dans le monde... [Lire la suite]
20 avril 2019

mes vieux dans ton regard

À force d’avoir dormi cent ans dans mon beau château, une fois que le prince est venu me réveiller pour me faire renaître au monde, j’ai réalisé que j’avais pris un coup de vieux. Un sacré coup de vieux. Des creux ici et là, dans mon visage que j’avais tant de peine à reconnaître (j’ai toujours du mal quand je me lève, tant que je n’ai pas bu un café, comme on dit, je ne suis bon à rien – ce n’est pas vrai mais j’aime bien l’idée de le dire quand même) et des rides, dans le cou, des cernes autour des yeux : « Mes yeux,... [Lire la suite]
14 juin 2018

le stagiaire

En revenant de vacances, il y a un peu plus de deux semaines, maintenant, au boulot, on m’a dit que j’avais un stagiaire en face de moi. Quelle ne fut pas ma surprise ! Ou quelle ne fut pas ma surprise ? J’ai tellement l’habitude d’être tout seul dans un grand bureau que j’avoue que ça a piqué ma curiosité, quand on m’a annoncé la nouvelle. Tout en n’étant pas pressé de le rencontrer car j’ai tellement perdu l’habitude d’avoir quelqu’un en permanence juste sous mes yeux… J’avoue avoir eu un peu peur de ne plus pouvoir... [Lire la suite]

11 mars 2018

orage, ô désespoir

Ça craint du boudin. Je ne sais pas si ça se dit comme ça mais si oui, tant mieux et si non, tant pis, on n’aura qu’à dire que je viens de l’inventer, cette expression. La véritable, c’est peut-être « ça pue le boudin » mais pour moi, à mes yeux et à mes narines, ça ne veut pas dire la même chose. Dans un cas, c’est l’odeur même du boudin qui est en cause et dans l’autre, c’est qu’il y a quelque chose de pas terrible qui arrive et qu’il faut trouver une solution. Par exemple, ça pue le boudin, ça, c’est pour l’odeur quand on... [Lire la suite]
03 mars 2018

un petit ver ?

Je n’ai jamais eu aucun intérêt particulier pour les vers de terre. Ça m’a même souvent plus dégoûté qu’autre chose et bon, aujourd’hui, j’aurais éventuellement tendance à les regarder avec une certaine curiosité avant de hausser les épaules et de tourner les talons, deux choses que le ver, lui, justement, ne pourra jamais effectuer. Comme quoi, j’ai au moins ça de supérieur à ce drôle d’animal qui lui, est capable de faire des trucs que moi, être humain banal et normalement constitué ne fera jamais. Comme de vivre dans le noir de la... [Lire la suite]
28 avril 2016

avant l'heure, ce n'est plus l'heure mais c'est quelle heure ?

Je dors paisiblement. Du moins en apparence. Je me suis couché relativement de bonne heure comme souvent, en ce moment et j’espère passer une nuit correcte à défaut d’en vivre une bonne. Malgré les souhaits du président quand je lui ai dit que j’allais au lit. Soudain, je me réveille. Forcément, je regarde l’heure car je suis un névrosé des aiguilles. Un obsédé de la chose. Un forcené des horaires. Et quand je me réveille, la nuit, je ne peux pas faire autrement que regarder ce que l’appareil affiche. Et deux fois plutôt qu’une. En... [Lire la suite]
29 décembre 2015

pourquoi diable commencer par les slips et les chaussettes ?

C’est vrai, ça, je suis surpris que personne ne m’ait posé la question, avant-hier, dans mon billet intitulé « le tri sélectif » et donc, du coup, je me la pose tout seul et je me remercie fortement et avec un peu d’admiration, de me l’être posée. Car cette question est une bonne question et elle mérite une réponse à sa hauteur. Veuillez me suivre dans le paragraphe juste après celui-ci. Pourquoi donc commencer le tri de mes affaires en vue d’un éventuel déménagement cette année par mes slips et mes chaussettes. Eh bien... [Lire la suite]