02 juillet 2019

tristement abandonnée

Ouais… Comme si on pouvait être joyeusement abandonné !... Mais, juste pour préciser ma pensée et ma volonté de me faire totalement comprendre, si j’ai tant insisté en accolant « tristement » à « abandonnée », j’ai voulu faire le fort en thème avec cet effet de redondance mais je sais, humblement, que j’aurais pu faire mieux en me servant d’anaphore voire d’épiphore car je me considère assez fort en ana et en épi. À mes heures perdues. Qui ne se rattrapent guère, qui ne se rattrapent plus. Mais je crois que je... [Lire la suite]

19 mai 2019

jamais en pyjama

Je ne descends jamais prendre mon petit déjeuner en pyjama. C’est quelque chose qui ne me viendrait même pas à l’esprit. D’autant moins que je ne porte pas de pyjama pour dormir. Alors, à moins de ne venir déjeuner qu’avec un tee-shirt et pieds nus, ce qui n’est pas mon style, même chez moi, en général, je viens prendre le repas du matin habillé d’une façon décente (de lit ?), donc, pas d’inquiétude de ce côté-là, je suis présentable et je sais me tenir. Du moins, je le pense. Sincèrement. Sinon, il faut savoir que si on... [Lire la suite]
30 octobre 2018

test de débauche

Cher monsieur Stéphane, nous avons le plaisir de vous informer que vous êtes revenu pour une deuxième session. En effet, ce matin, nous avons eu l’honneur de vous recevoir pour l’entretien officiel prévu dans le cadre de la procédure de mise en place d’une rupture conventionnelle (1), d’une rupture d’anévrisme (2), de rupture de stock (3) ((- entourer votre choix principal -)) telle que vous en avez émis une certaine volonté manifeste. En tout petits caractères, vous ne pourrez pas lire les clauses de rétractation et vous ne saurez... [Lire la suite]
03 mai 2018

d'un pays pas du tout imbécile

Son bonhomm' de mari avait tant fait d'affair's Tant vendu ce soir-là de petits bouts de fer Qu'il était dev'nu millionnaire Et l'avait emmenée vers des cieux toujours bleus Des pays imbécil's où jamais il ne pleut Où l'on ne sait rien du tonnerre… Ah ça, on peut dire qu’on vit dans un pays drôlement intelligent, en France. C’est vrai qu’on mériterait le prix Nobel du pays le plus intelligent, depuis quelques mois. Parce que là, question pluviosité, on a eu notre compte. Et même encore plus que ça vu que nous frisons l’overdose. La... [Lire la suite]
01 mai 2018

grève du premier mai

Aujourd’hui, premier mai deux-mille dix-huit, je ne publie aucun billet car je suis en grève. Et comme c’est la journée sans pléonasme, je jure que je n’en ferai aucun. Un peu de respect, merde ! Zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle, zèle,... [Lire la suite]
23 avril 2018

un nouveau jour s’est levé

Un nouveau jour s’est levé, ce matin, mais après moi. Car moi, je me suis levé avec un reste de nuit sur les bras. Un peu contre ma volonté. Comme si j’étais quelqu’un de généreux alors que moi, à 6h, le lundi matin, j’ai juste envie de prendre mon temps pour respirer, seul, pendant que la ville dort encore un peu. Pendant que le monde est au niveau zéro du bruit. Pendant que nombreux sont qui soupirent d’aise d’être encore au lit. Pendant que d’autres, ne savent rien faire d’autre que des borborygmes, des raclements et des... [Lire la suite]

28 mars 2018

71.8 kilos

C’est le poids que je pèse, à quelques centaines de grammes près. Ça dépend du moment de la journée, de mon niveau d’énervement, de mes endormissements et donc de mes relâchements et de tout un tas de paramètres plus ou moins indépendants de ma volonté. Qu’y puis-je ? Rien. Pourquoi diable est-ce que je raconte tout ça ? Pourquoi diantre suis-je en train de donner mon poids comme ça, sans pudeur, à toutes celles et à tous ceux, pas nombreux, je l’admets, qui me lisent ? Parce qu’il me semble bien que ça n’engage à rien.... [Lire la suite]
01 janvier 2018

nouvelle nouvelle année

Bon, c’est à moi, là ? Je peux y aller ? Tout le monde m’entend ? Alors, hmmm, hmmm, pardon, je m’éclaircis la voix car j’ai l’impression que j’ai un chat dans la gorge, je n’ai pas encore beaucoup parlé ce matin et bon, hmmm, hmmm, hmmm, maintenant, je crois que c’est bon. Vous m’écoutez ? Silence, s’il vous plaît, je ne vais pas vous embêter longtemps, je n’en ai que pour deux minutes, peut-être trois mais pas plus. Merci… Ah ? On me fait signe que le retour son n’est pas terrible. Ok, j’attends un peu… Un,... [Lire la suite]
15 mai 2017

un peu (beaucoup) séduit

L’audace de la liberté. Ça, c’est un premier concept qui me plaît. Il y a des mots qui font mouche et celui-ci, audace, que connaissait bien Danton, me parle au plus profond. Parce que c’est plein de promesses, plein de risques mais pas dangereux et aussi plein de chance. Les premiers, on doit savoir les mesurer et les secondes, on doit pouvoir les saisir quand elles passent. Sans aller jusqu’aux coups de poker, j’aime bien l’idée d’oser, d’innover, de tenter des expériences. C’est toujours mieux que les eaux stagnantes dont les... [Lire la suite]
13 mai 2017

pas trop courageux, le mec

Ah ça non, il n’est pas trop courageux, le mec moi. Il a vraiment peu de tonus, ce qui n’est pas anormal, il est samedi après-midi, une lourde semaine derrière lui et ce ne sont pas ces quinze jours fériés qui l’attendent au tournant qui sont aptes à lui retirer son espèce de fatigue. Sa chape de plomb sur les épaules. Et dans son esprit. Alors, le mec moi, il lézarde. Non pas au soleil mais sur le canapé en visionnant Envoyé Spécial de jeudi dernier, en replay. Avec l’espoir ténu que la volonté, la conviction et l’audace de Macron... [Lire la suite]