08 février 2021

mon nouveau testament

Je vais modifier mon testament en cours afin d’y ajouter une clause importante et impérative, une condition sine qua non : je veux mourir de rire. Je refuse toute autre forme de décès : pas plus d’une longue et terrible maladie que d’une courte et rigolote. Je ne veux pas non plus mourir d’un accident de la route, de train ou d’avion. Je n’ai pas envie de faire partie d’une liste de victimes malheureuses. Non, j’ai envie de mourir d’une façon originale. Non pas spécialement pour que ça soit remarqué par le reste du commun... [Lire la suite]

29 janvier 2021

confidences sur un oreiller

Bon, si je prends quelques minutes pour réfléchir vraiment, je vais revenir un instant sur cette histoire de gilets jaunes et casseurs réunis puisqu’on m’en a aimablement fait le reproche, lors d’un cinq à sept, entre deux et quatre, un jour d’éclaircie entre deux pluies. « J’aime bien faire l’amour avec toi mais je trouve que tu es très dur avec les gilets jaunes et pas assez avec d’autres. » D’abord, permets-moi de te dire que tu as oublié de dire « et casseurs réunis » quand tu as parlé de Gilles et John, entre... [Lire la suite]
03 novembre 2020

des gens exceptionnels

C’est étrange mais à chaque fois qu’il y a des victimes peu nombreuses lors d’un attentat, par exemple, comme lors des deux derniers que nous avons malheureusement subis, à chaque fois, les victimes étaient des gens exceptionnels. Des gens extraordinaires. Des gens hors du commun. Et moi, du coup, je me pose la question : pourquoi les terroristes ne s’attaquent-ils qu’à des gens très bien ? À des gens plus que parfaits ? Pourquoi ne visent-ils jamais des gens qui sont des sales cons, des pourritures absolues, des... [Lire la suite]
06 août 2020

les enquêtes de l’inspectrice Colombine (épisode 5, le dernier)

On a fini par l’attraper, le suspect aux doigts douloureux. En réalité, il n’est pas coupable. Parce que vu comment il a mal quand il lui serre la main pour lui dire bonjour, ça ne pouvait décemment pas être lui. Et j’ai fini par trouver la clé de l’énigme. En fait, comme dans toutes les histoires de meurtre, la personne qui a fait le coup, c’est toujours un proche de la victime. Et là, comme mon nez me l’avait soufflé, sous mon masque car je mets toujours un masque, dès que je suis ailleurs que chez moi et je peux vous dire que mener... [Lire la suite]
18 septembre 2018

se réfugier, se réinsérer, faire aimer la lecture

Oui, non, je voulais dire « si », bien sûr que si, je vais tenter de faire du bénévolat. Parce que certaines activités m’intéressent et c’est alors l’occasion pour moi de voir si elles me plaisent vraiment. M'engager auprès d’une association ou pour une cause, ce n’est pas comme de se marier avec quelqu’un, très rapidement, si je vois que ce n’est pas ça, je pourrai toujours dire que non, merci, sans façon.  Trouver un refuge. L’association Le Refuge, marrainé par Muriel Robin, propose un hébergement temporaire et un... [Lire la suite]
02 octobre 2017

j’ai (presque) fini ce que j’avais à faire

Ça y est, il est quasiment 11h pétantes (attention à la couche d’ozone !) et j’ai (presque) fini tout ce que j’avais à faire. Normalement, j’aurais pu (ou dû) le faire cet après-midi mais en rentrant de courses, tout à l’heure, je me suis dit que tant qu’à faire, pourquoi procrastiner une fois de plus ? Atchoum ! Ah tiens, mon corps vient d’exprimer une sternutation digne des grands froids hivernaux. Serais-je enrhumé ? Non, je ne crois pas. Un corps étranger serait-il entré dans une de mes narines à l’insu de... [Lire la suite]
24 septembre 2017

mon petit doigt m’a tid

Non, vous n’avez pas la berlue et non, vous ne rêvez pas. C’est volontaire, ce qui pourrait vous sembler être une erreur de frappe, dans le titre de ce billet. J’ai bel et bien voulu écrire « tid » au lieu de « dit » parce que ça illustre bien le propos qui va suivre (si je ne suis pas interrompu toutes les dix secondes par des interventions malvenues.) Oui, la raison qui explique cela, c’est que depuis quelques temps, non seulement j’ai mal à certains doigts mais en particulier à mon auriculaire gauche et le... [Lire la suite]
25 janvier 2016

parasites

« Il s’accouda à la rambarde de la fenêtre. Et il se mit à réfléchir aux informations qu’il avait pu glaner au fil de ses rencontres. Tout d’abord, cette femme dans le bar mitoyen de la ruelle dans laquelle on avait découvert le corps. Cette femme dont il ne savait pas tout. Il la supposait accompagnatrice de charme mais, même sans certitude, il s’en foutait un peu. Ce n’était pas son propos… » Tchak iti ki tchack, tchak iti ki tchack, iti ki tchak, iti ki tchak, iti ki tchak On non, pas encore ! Pas déjà ! C’est... [Lire la suite]