21 juillet 2019

Nora va aux camions (le lancement)

Ça, c’est ce qu’on appelle un lancement. C’est la première phrase du texte écrit uniquement avec des lettres qui ne dépassent pas les frontières des lignes d’un cahier à carreaux. Avec des lettres qui ne dépassent pas les bornes. La syntaxe n’est pas extraordinaire car on ne doit surtout pas dire qu’on va aux camions mais qu’on va chez les camions. C’est comme pour quand on va au docteur. Ça dépend si on y va pour une consultation médicale (on va alors chez le docteur) ou pour un plan cul (on va au docteur) mais moi, mardi après-midi,... [Lire la suite]

25 avril 2019

y a des fois

Y a des fois, on a conscience qu’on ne doit pas dire qu’y a des fois. On devrait dire parfois mais y a des fois, ce n’est pas très joli, joli pour quelqu’un qui aime la langue française. Je ne cite personne. Je dis juste ça comme ça. Mais y a des fois où ça peut-être écrit volontairement, un peu comme une figure de style, un peu populaire, assez outrancière pour peu qu’on la répète. Y a des fois, quand on se lève, on se demande pourquoi on se lève, surtout si on n’a pas besoin d’aller travailler car après tout, qui s’en rendrait... [Lire la suite]
17 novembre 2018

non, ne me dites pas que vous trouvez que je suis en colère, vous vous trompez

Mais ils étaient où, pas là, ils étaient où, pas là, les gilets jaunes, quand j’ai quitté mon travail, ce matin, à 5h31 (environ) ? Hein, ils étaient où ? Pas là. Bande de feignasses, tiens ! Je suis content car j’ai réussi à aller travailler et à en revenir sans être bloqué par ces frustrés des gilets jaunes. Bon d’accord, je ne voulais pas prendre un jour de congé à cause d’eux (ou alors, je leur aurais facturé ? Non, je pense qu’ils n’auraient pas accepté) mais, et je peux le dire maintenant que je suis chez... [Lire la suite]
22 avril 2018

pas de grève en juillet/août

Nous venons de l’apprendre de source sûre, il n’y aura pas de grève à la SNCF en juillet en août. Les syndicats des cheminots et consorts l’ont affirmé hier ou aujourd’hui, ce sont des gens responsables. Bon, nous en prenons acte et notons cette information capitale (pour ne pas dire essentielle ou fondamentale) pour la suite des événements. J’avoue que j’en suis fort aise même si je ne suis pas usager du train ou si rarement… Peut-être une fois ou deux par an, grand maximum. J’ai donc peu l’habitude des retards et je ne peux... [Lire la suite]
12 janvier 2018

vite, vite, vite

Vite, vite, vite, que je me dépêche d’écrire quelque chose car pour après, comme je me suis fait une promesse, j’aimerais bien la tenir. Je me suis promis de me payer une énorme tranche de sieste. Une grosse part du gâteau du sommeil postprandial. Voire postméridien. Car je n’attends que ça depuis que je me suis levé, ce matin. Je n’attends que ça ou presque. Entre temps, je suis quand même allé travailler, j’ai fait mes un peu plus de sept heures, un temps un peu court quand le business est fatigué et après, je suis allé faire mes... [Lire la suite]
02 novembre 2017

sur place ou à emporter ?

Hier, jour férié parmi les vivants, je suis quand même allé travailler car moi, il n’y a pas beaucoup de cas où je n’y vais pas : le 1er mai, Noël et le Jour de l’An, sinon, j’y vais tout le temps, sauf si ça tombe un dimanche ou un lundi car là, quand même, j’ai le droit et le devoir de rester chez moi, comme n’importe quel salarié normalement constitué qui a deux jours de congés par semaine. Je pose cinq, je retiens deux, j’ajoute un et je retranche… non, j’ai beau regarder dans tous les sens, je n’ai bel et bien que deux jours... [Lire la suite]

15 octobre 2017

je n’ai pas que ça à faire

C’est bien dommage, de travailler, chaque jour pour gagner sa vie, faut se lever... Aujourd’hui, dimanche, je peux vous dire que ce n’était pas pour gagner ma vie que je me suis levé. Non, c’est parce que je croyais que je ne dormais plus. C’est parce que j’avais (très) envie de faire pipi. C’est parce qu’il était 6h45 et que normalement, je dois être levé avant que le soleil n’en fasse autant. C’est parce que j’avais plein de choses que j’avais prévu de faire. C’est parce que je ne suis pas là pour feignasser. Oui, parce que je suis... [Lire la suite]
03 février 2017

ambitions (où le réalisme dépasse le fictif)

Et toi, mon petit Poucet, qu’est-ce que tu feras quand tu seras grand ? Hein, dis-moi… Mais pourquoi  as-tu l’air triste, comme ça ? On dirait que tu vas pleurer… Mais oui, tu pleures ! Ce n’est pas à cause de moi, j’espère. Tu sais, moi, je ne suis pas un méchant, bien au contraire. Alors ça ne peut pas être ce que je t’ai demandé qui te met dans cet état-là, si ? Dis-moi pourquoi au moins ? Allez, renifle un bon coup et dis à Stéphane ce qui te rend si chagrin… Tiens, prends ce mouchoir et dis-moi tout,... [Lire la suite]
03 juin 2016

le cimetière des protestataires

Mais dites donc, je me demande, là, où vont-ils donc mourir, les syndicalistes, quand ils sont au bout de leur vie ? Je n’ai jamais entendu parler de leur fin de vie. C’est vrai ça, quand ils sont en retraite après une vie professionnelle bien remplie, que deviennent donc les syndicalistes ? Je les imagine ne plus trop s’impliquer dans la vie revendicative car après tout, une fois qu’ils ne sont plus censés travailler, à quoi bon les imaginer faire grève ? Ça n’aurait plus grand intérêt, même en tant que pensionnés de... [Lire la suite]
26 mai 2016

toujours pas solidaire

Je ne suis pas solidaire de tout ce qui se passe dans les rues. Je l’ai déjà dit et je le redis et je continuerai de le dire et de le redire autant qu’il sera nécessaire de le faire. Parce que ça n’est pas normal qu’un groupuscule d’activistes qui se fait appeler syndicat se permette d’empêcher les gens de circuler, de travailler, de vivre. Parce que ça n’est pas normal que des gens ne puissent pas être soignés en temps et en heure car l’infirmière qui doit s’occuper d’eux n’a plus d’essence pour effectuer ses tournées. Je ne serai... [Lire la suite]