25 mai 2014

beaucoup de bruit pour rien

Pourquoi faut-il donc toujours que les emmerdeurs qui nous emmerdent avec l’ersatz de musique qu’ils écoutent sur leur téléphone portable n’écoutent que de la merde ? Oui, je sais, ça fait trois fois le mot merde dans un seul paragraphe (quatre, maintenant) et pour ne pas rester sur un chiffre pair, je vais le redire, merde, voilà, c’est fait. Avec un peu de chance, ça me portera cinq fois plus bonheur d’avoir marché cinq fois dedans, dehors. Oui. Parce que,avant- hier, en revenant de mes courses de fin de semaine, après le... [Lire la suite]

22 mai 2014

les mauvais matins qui suivent des nuits médiocres

Pourquoi donc certains matins sont-ils si impossibles que ça ? J’en veux pour preuve ceux que je subis depuis quelques temps, ceux qu’on m’inflige et ceux qu’on ne m’épargne pas. Et pourtant, Dieu m’en sera témoin, s’il n’est pas occupé ailleurs, je suis plutôt du matin que du soir, d’une façon générale. Mais là, on dirait que les matins d’aujourd’hui ne sont pas comme les matins d’hier. Comme les matins d’avant. Les matins d’antan. Les matins de quand j’étais jeune. Et que, quelque part, il y avait toujours une espèce... [Lire la suite]
30 avril 2014

insolismes urbains (2)

Je suis rarement le nez en l’air quand je prends le tram car j’ai toujours soit un livre en cours, soit du courrier à lire, soit un jeu (intellectuel : Scrabble, Boggle ou Pendu) à terminer. Je reste assez rarement contemplatif dans les vues urbaines qui défilent sous les yeux de tous les passagers mais parfois, observateur de mes congénères quand l’occasion se présente, que ça me fait sourire ou que ça me met hors de moi. Et quand on sait que l’un et l’autre, cumulés, ça représente 97% de mes émotions et de mes états d’âme en... [Lire la suite]
22 avril 2014

Brandebourg

Décidément, il n'y a pas que sur les coins de zinc qu'on entend les meilleures. Car dans le tram, elles sont loin d'être brèves, celles de mes compagnons de voyage.  Arrêtés que nous étions pendant près de dix minutes, le temps que le tram précédent puisse redémarrer après un souci mécanique somme toute assez vite réglé, j'entends deux voix un peu plus fortes que les autres prendre le pouvoir : une dame, le chignon rouquin, entre trois âges, jupe longue et sombre dont on se demande encore s'il s'agissait de sa couleur... [Lire la suite]
01 avril 2014

foule pas toujours sentimentale

En revenant du boulot, hei hi, hei ho, entre la pénultième et la station qui est celle de chez moi, j’ai compté 79 personnes immobiles ou marchant dans le sens ou le sens inverse du tram. Je n’ai pas compté ceux qui s’apprêtaient manifestement à croiser la route. J’en ai vu de toutes les formes, de toutes les couleurs et de tous les sexes. C’était assez amusant de constater que certains portaient encore des vêtements d’hiver et arboraient des écharpes autour de leur cou malgré la chaleur et le soleil de ce printemps bien parti. J’ai... [Lire la suite]
14 mars 2014

à discrétion

Le tram, c’est forcément meilleur quand c’est gratuit comme depuis ce matin et jusqu’à dimanche soir. Comme ça, même les resquilleurs ne resquillent plus et même les mecs avec un vélo, ils peuvent monter dans le tram au lieu de pédaler et ainsi, encombrer gracieusement tout l’espace réservé aux voyageurs debout (dont j’ai fait partie) tout en proposant bénévolement des traces de pneus sur vos pantalons. Parce que forcément, il y a toujours plein de moments où le tram ralentit un peu trop fort ou s’arrête trop brusquement et donc, tout... [Lire la suite]

04 mars 2014

encore paumé du petit matin

Je me lève et je me bouscule parce que sinon, je me connais, je crois me connaître, je vais aller me mettre, m’asseoir, me vautrer sur le canapé, histoire de donner le change et je vais laisser filer le temps, tire, tire l’aiguille, ma fille et alors, contre mauvaise fortune, j’aurai bon cœur quoiqu’il arrive. Je vais préparer le café, noir et je vais regarder par la fenêtre. Il fait nuit, noire. Encore nuit. La rue est sèche. Il fait nuit d’un noir encre de seiche. Pas même sympathique. Je vais faire avec. Je vais sortir la salade... [Lire la suite]
03 mars 2014

procrastination ferroviaire

Je ne sais pas si je souffre d’un complexe mêlé de paranoïa et de persécution mais une chose est certaine, ça m’arrive toujours à moi et pas à de nombreux autres. Et comme je ne prends pas souvent le train (on prend le train ou on ???), forcément, quand ça m’arrive, j’ai vachement conscience de ce que je subis. Et je me demande s’il n’y a que moi dans ce cas-là, ce que j’ai tendance à croire. Et parce que je sais, au fond de moi, que j’ai raison. Sur ce point-là. Et sur tant d’autres. Mais ça, c’est un autre sujet. Je... [Lire la suite]
31 janvier 2014

l'arme blafarde

Ce matin, je me suis levé, encore et toujours. Comme d’habitude. Sauf que moi, je n’ai bousculé personne et c’est bien là mon problème. Non, les autres disent que c’est bien là, mon problème mais ils ne savent pas de quoi ils parlent. Ils parlent, ils parlent, ils parlent. Ils ne savent pas qui je suis vraiment. Non, je ne suis pas fou. Je sais qui je suis. Et je vaux bien mieux que ce qu’ils m’ont reproché, l’autre fois. Mais l’autre fois, c’est un autre jour, un jour passé, un jour qui ne reviendra plus. J’aime quand les choses ne... [Lire la suite]
29 janvier 2014

drôle de tram

Au tram où vont les choses, c’est bientôt en jet-ski ou en ski nautique que j’irai travailler. Parce que, chaque matin, il pleut tellement, il a tellement plu, qu’on se demande si la ligne électrifiée par le sol ne vas pas être inondée et je me dis toujours que je n’ai pas envie de finir ma vie comme Claude François : avoir une idée lumineuse alors que j’ai les pieds dans l’eau. Donc, j’y vais précautionneusement avec mes chaussures un peu godillottes qui sont plus amphibies que toutes celles que j’ai eues jusqu’alors. Et ainsi,... [Lire la suite]