23 mai 2018

aimer et s'enfuir vite

C’est un peu ça, le problème. Non, pardon, c’est un peu ça, mon problème. Dans ma vie, je n’ai fait que ça. Aimer et m’enfuir vite. Ou peu s’en faut. Car, si je suis capable d’aimer à la puissance 100 voire 1000, je ne sais pas cultiver ça au point d’en vivre longtemps. Hormis deux ou trois exceptions, évidentes. Mais pour le reste, pour le quotidien, dès que je tombe dans un cycle routinier, j’ai envie d’autre chose. Je ne suis jamais content de ce que j’ai ou de ce que je fais. Et pourtant, le confort apparent du train-train... [Lire la suite]