11 novembre 2019

il y aurait comme un pépin

Hier, j’ai récolté mes premières olives noires d’une taille normale. En effet, les années précédentes, je n’avais que des avortons d’olives vertes mais cette année, j’en ai qui sont dans la maille règlementaire et elles sont devenues noires, ça tombe bien, ce sont justement celles que je préfère pour mettre sur la pizza du dimanche soir, quand j’en mets, sinon, bien souvent, je n’en mets pas, justement. Parce que je ne peux pas me faire plaisir tout le temps, non plus. Il faut savoir dire non, de temps en temps, ne pas succomber à la... [Lire la suite]

07 février 2015

absent Charlie ?

Je l’avoue, oui, je l’avoue. Ça fait au moins deux billets que je n’ai pas écrit le nom de Charlie. Non pas que je sois passé à autre chose. Ni à d’autres centres d’intérêt. Et encore moins à d’autres amours. Non. Tout simplement, comme j’ai écrit les deux derniers billets, peut-être les trois ou quatre derniers sans y penser alors que je mettais un point d’honneur à toujours y penser depuis les événements tragiques d’il y a à peine un mois. Sans y penser, c’est bien là mon problème. À quoi pensais-je donc d’autre ? Qu’avais-je... [Lire la suite]
28 décembre 2013

je marche dans la ville

Moi, je marche dans les villes / les banlieues, les bidonvilles / sur le pavé des ports / et sur l’asphalte vil / visitant le décor / des amours difficiles Moi, je suis l’amateur d’ombres / l’explorateur des décombres / le croiseur du grand vide / l’amant de la pénombre / le flâneur intrépide / aux fantasmes sans nombre… Tout à l’heure, moi aussi, je marchais dans la ville. Je me le suis même dit, tout bas : je marche dans la ville. Je rentre chez moi et je marche dans les rues de la ville. Je sors d’une séance de cinéma, je ne... [Lire la suite]