06 septembre 2019

on peut se convaincre qu’il fait jour

On peut se convaincre qu’il fait jour, on peut se dire qu’il fait jour et on peut jouer à s’il faisait jour. On dirait qu’il ferait jour et que ça serait le ciel bleu et le soleil qui seraient au-dessus de nous et que ça serait vachement bien. Mais non, en réalité, il fait encore nuit et bel et bien nuit, même. Je sais que je ne me trompe pas car j’écris ce billet à tâtons. Je n’ai pas allumé la lampe de la coiffeuse qui me sert de bureau (quel comble d’avoir une coiffeuse comme bureau pour quelqu’un comme moi qui ne se coiffe jamais... [Lire la suite]

12 août 2019

ne pas s'ennuyer

Je ne sais pas trop de ce que ça veut dire, s’ennuyer. Même si parfois, ça peut m’arriver de ne pas savoir quoi faire, ce n’est pas de l’ennui. Chez moi, c’est juste soit de la flemme, soit l’embarras du choix. En effet, je sais toujours quoi faire même si parfois, je peux faire illusion ou donner l’impression du contraire. Parce que je suis comme les chats, je peux aussi rester immobile, à regarder dans le vide (aux yeux des autres) pendant que je m’interroge sur ce que j’ai le plus envie de faire : une sieste bien au chaud ou... [Lire la suite]
10 avril 2019

il y a un temps pour tout

J'ai aimé comment, votre main, par instants modulait le son de la modulation, votre main fouillant : Michiko, boîte à gants ; votre main dans mon cou, il y a un temps pour tout Rien ne va plus, non, plus du tout. Chouchou ! Alors, entre le léger différé d’avant-hier, l’erreur humain d’hier et le retard d’aujourd’hui, oui, on peut dire que les jeux sont faits, que rien ne va plus, que la terre ne tourne plus rond, qu’il n’y a plus de saison, que tout fout le camp et que plus rien n’est comme avant. Et que plus rien ne... [Lire la suite]
16 août 2018

Chouchou a de la sécheresse matinale et des fuites culinaires

Chouchou, non ! Vraiment, tu exagères, là. Ça fait deux jours que je te laisse gérer le blog et tu as beau avoir tenté d’imiter ma façon d’écrire, personne n’a été dupe. Eh non, personne n’a pu croire une seconde que j’aie été l’auteur de ces deux derniers billets. Ils ne ressemblent pas du tout à ce que je suis capable d’écrire ni à ce que j’aime écrire. Ça n’est pas moi, ça, ces histoires de sécheresse matinale et de fuites culinaires. Et puis, zut, quoi, tu ne trouves pas qu’on en entend déjà assez comme ça à la télé et à la... [Lire la suite]
07 janvier 2018

qui a débranché la prise ?

Bon, c’est un dimanche sans voiture, à Bordeaux. Ça ne changera pas ma vie parce que je n’ai pas prévu d’aller en ville, cet après-midi. J’ai choisi de me la couler douce (avec les pluies de ces derniers jours, j’aurais pu me la couler douche, aussi) et je pense que j’ai bien mérité cette journée de repos car j’ai vécu une semaine tellement calme qu’elle m’a encore plus crevé que si ça avait été le tourbillon habituel. Alors, je me fais porter pâle et je reste le plus possible en position allongée depuis que je suis revenu du marché... [Lire la suite]
10 novembre 2015

cinq par jour

C’est vrai que quand je le veux, je peux être très con. Et même si je ne le veux pas, aussi, bien sûr. J’en veux pour preuve ce que je viens de faire, à l’instant, en rentrant du boulot, hei hi, hei ho. J’étais en train de parcourir un mensuel de recettes de cuisine et je me suis arrêté un instant sur une pub pour des produits sucrés et tout ce qu’il faut, sans doute, pour enrichir le surpoids de nos chers enfants grossissants. En bas de la page, il y a la formule consacrée par le politiquement correct : « bougez et mangez... [Lire la suite]
09 septembre 2015

tous les matins du monde

Chaque matin, ici, comme partout ailleurs, c’est un peu la même chose, l’éternel recommencement, l’éternel retour des choses. Il n’y a pas un matin qui ne ressemble à un autre matin (je parle des matins naturels, pas ceux de la civilisation, pas ceux des hommes), et ce, depuis la nuit des temps. Tous les matins du monde sont les mêmes, que ce soit celui d’aujourd’hui ou ceux, passés, du Moyen-Âge ou ceux, à venir, du vingt-deuxième siècle. Tous les matins se ressemblent. Pour ceux qui ne savent pas voir les choses de près. Pour ceux... [Lire la suite]
08 avril 2015

toujours mieux que rien

Comment, déjà 4h45 ? Ah non, heureusement, il est 4h00, il me reste encore trois quarts d'heure avant que le réveil ne sonne. Mais pourquoi diable alors la télé est-elle allumée même en sourdine ? Putain ! 5h25 ! J'aurais dû me réveiller à 4h45. Et compte tenu que tout est minuté chez moi, le matin, il ne me reste plus beaucoup de temps si je veux attraper le tram de 5h40. Je n'ai pas beaucoup d'alternatives : soit je fais l'impasse sur le petit déjeuner, juste un bol de café pendant que je passe à la salle d'eau. Soit je fais... [Lire la suite]