03 juin 2020

c’est bon de vous revoir

On va encore dire que je ne fais rien qu’à ronchonner et vous aurez probablement (sans doute) raison mais bon, on ne se refait pas à mon âge, si ? En tout cas, compte tenu que, finalement, je ne me trouvais pas si mal que ça, pendant le confinement (j’avais un peu l’impression d’être seul au monde et ça m’a plutôt bien plu), je trouve que le retour progressif (à vitesse grand V depuis deux jours) à la vie d’avant n’est pas si plaisant que ça, comme je l’avais craint. Et si je peux trouver agréable, a priori, que les magasins... [Lire la suite]

24 mars 2020

que je suis content de vous voir ! (billet garanti sans coronavirus !)

Tiens, ça a sonné ! Qui cela peut-il bien être ? Attends, je vais aller voir puisque tu es occupée avec toutes les courses que tu viens de faire chez Ikea. Ah ben ça, alors ! Michel et Josiane ! Quelle surprise ! Vous êtes rentrés de votre voyage en Italie ? On pensait que c’était dans deux jours que vous reveniez ! En tout cas, c’est sympa de vous voir. De vous revoir. Siamo felici di rivederti, amici ! Justement, on avait prévu un apéro-barbecue au jardin avec les voisins car ils se sont... [Lire la suite]
19 septembre 2016

le Moyen-Âge

J’ai passé un week-end familial très sympa et très cruel. Très sympa car, comme je l’ai déjà écrit dans les deux billets précédents, j’étais avec tous mes oncles et tantes (ou presque puisque Gilbert manquait à l’appel) et parce que des moments précieux comme ceux-là, c’est sans doute depuis seulement quelques années que je suis capable de les apprécier. À leur juste valeur. Pendant près de vingt-cinq ans, je n’ai vu personne ou si rapidement que ça ne compte pas, dans cette famille que j’ai peut-être fui mais pas parce que je ne les... [Lire la suite]
02 mai 2014

Quatorze : fourteen, catorce, quattordici, vierzehn

Quatorze. Je n'en ai pas retrouvé l'origine exacte dans mes papiers. Je suis trop désordonné pour cela. Cependant, je peux d'ores et déjà affirmer que quatorze est égal à la somme de treize plus un. En français dans le texte. Il y a ambiguïté entre l'adjectif numérique et le nom masculin. Quatorze est invariable (est-ce une chance ou un handicap ?) sinon, il devient treize ou quinze. Il ne s'accorde pas. Ni en genre, ni en nombre (paradoxe) avec celui ou ceux qui l'accompagnent. C'est donc un solitaire, un étrange solitaire et... [Lire la suite]