30 mai 2021

on ne se moque pas du physique

Salut Stéphane ! Bonjour, Jean-Michel. Tu n’as pas oublié mon trait d’union, par hasard ? Non, pourquoi ? Comme ça, juste histoire de te chicaner. Je reconnais que là, pour une fois, c’est drôle, j’aime bien. Je la replacerai, celle-ci, je pense. Content de t’avoir agréablement surpris, ça n’arrive pas si souvent que ça. Tu veux qu’on reste ici, au soleil, sans rien faire ? Tu veux faire quoi ? Moi, j’ai un bouquin et j’ai mes yeux pour les fermer et imaginer des choses qui me plaisent, que veux-tu que je... [Lire la suite]

20 janvier 2021

proctologue officiel

L’autre jour, dans une soirée privée, j’ai été présenté à un monsieur que je ne connaissais pas mais nous sommes restés un moment ensemble à parler d’abord de choses un peu anodines mais, quelques flûtes de champagne aidant, de choses de plus en plus personnelles. J’étais assez étonné moi-même de me sentir aussi bien avec quelqu’un que je ne connaissais pas mais il est vrai que rien n’est figé et je peux donc encore évoluer et même mieux que ça, je peux encore me surprendre tout seul. Oui, en général, je suis plutôt réservé quand je... [Lire la suite]
29 juin 2019

il y a longtemps, la poésie et moi…

Il y a longtemps que je n’ai pas publié de poème dans ce blog. J’aimais bien ça, parfois, même si ça pouvait faire penser que j’étais en manque d’inspiration. De temps en temps, ça a pu m’arriver, par faiblesse, par fainéantise ou par fumisterie. Oui, ce sont mes 3 F principaux. Mais quand ça me prenait, quand l’envie me prenait (souvent par derrière puisque je ne la voyais jamais venir) et me surprenait, je cherchais quel texte je pourrais avoir l’honneur de présenter à mes rares lecteurs et trices (ou à mes rares lectrices et teurs,... [Lire la suite]
07 octobre 2015

fin de vie

S’ils avaient été là, lors de la prise du pouvoir par Adolf, dans les années 30, peut-être que nous n’aurions pas subi la seconde (ou la deuxième ?) guerre mondiale. Parce que sans doute que Herr Leonetti se serait opposé à lui à propos du suicide assisté en ne proposant qu’une sédation profonde à tous ceux qui n’en pouvaient plus de leurs souffrances. Parce que sans doute aurait-il alors eu raison mais là, en 2015, son arrière-petit-fils devrait comprendre qu’au vingt-et-unième siècle, on pourrait prétendre au droit de mourir... [Lire la suite]