01 juin 2015

personne n'est imparfait

L’autre jour, en attendant le tram, je vois trois jeunes, parmi d’autres, qui arrivent, dont deux avec des petites raquettes, peut-être de badminton mais je ne m’avancerai pas avec certitude, je ne suis pas un spécialiste en ce domaine. Et mon propos n’est pas de parle de ce sport à la mode. Non, mais de l’état des lieux de la connaissance de la grammaire française. Ou plus précisément, de la conjugaison française. Les trois jeunes sont composés de deux filles, plutôt mignonnes mais un peu effacées par le troisième du lot, un mec,... [Lire la suite]