01 janvier 2016

l'an nouveau

Que dites-vous ? C’est l’an nouveau qui déjà frappe au carreau Je ne veux pas le voir j’ai fait un nœud à ma mémoire et ne me souviens que d’hier car je préfère l’an d’avant l’an d’avant que je sois vieille j’avais vingt ans j’avais le temps et toute la vie à venir par des chemins frais et lents Aux fenêtres il faudrait mettre des barreaux un verrou sous la porte Je vous en prie ne laissez pas entrer ici l’an nouveau car s’il entre, il faut que j’en sorte   Brigitte Richter
Posté par sibal33 à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

04 juin 2015

on va se promener ?

Avant-hier, j’ai écrit un billet dans lequel je disais que je comprenais les chiens d’appartement qui tournaient un peu en rond chez eux, faisant sans cesse les mêmes pas, prenant tout le temps les mêmes chemins et allant tout le temps à la même fenêtre pour voir ailleurs s’il se passe quelque chose. Cet ailleurs qui est bien loin, vu d’un cinquième étage. Comme un film d’animation en projection privée mais autant vous dire que le scénario est assez médiocre et la distribution ne brille pas par sa pertinence. On a quand même affaire à... [Lire la suite]
02 juin 2015

le tour de la table

Je peux comprendre comment les chiens d’appartement en sont réduits à faire cent fois par jour le tour de la table, histoire de s’occuper pour ne pas en être réduit à devenir indissociable du premier tapis venu tant ils se confondent avec. Pour moi, plus qu’une question de tapis, ce serait plutôt un problème de canapé. Le premier canapé venu qui me tend les bras, je suis capable de tomber dans ses bras même s’il n’a pas d’accoudoir. Je suis un mec facile, il faut que je m’y fasse. Que je me fasse à cette idée. Je n’y peux plus rien,... [Lire la suite]
15 août 2014

la valse à deux temps

Tiens, puisqu’il fait beau, enfin, il fait un peu beau, je vais en profiter pour sortir afin de tenter de me trouver une petite balle en mousse pour me dégourdir les bras quand je suis trop longtemps devant l’ordinateur, au bureau, ce qui est le cas tous les jours. Surtout en ce moment. Allez, j’ai besoin de prendre mon portefeuille, mon porte-monnaie et ma carte de tram, on ne sait jamais. Non pas que je veuille emprunter un vélo mais en cas de forte pluie, si je suis sur le trajet de la ligne A, je rentrerai fissa à la maison. Ah... [Lire la suite]