30 novembre 2019

1860 sushis

Je viens de lire une information étonnante au sujet du site de livraison de nourriture Deliveroo, vous savez : « Produits frais & recettes généreuses livrés chez vous ou au bureau. N'attendez-plus : faites-vous livrer aujourd'hui avec Deliveroo. » Et toc, rien qu’en citant leur slogan, je touche 50 000 euros et rien que ça, c’est digne de figurer dans le livre de mes records. Et si j’écris la phrase une nouvelle fois, ça me fait 50 000 euros de plus dans mon escarcelle. Que j’irai placer en Suisse,... [Lire la suite]

06 avril 2019

soutien-cou ou soutien-gorge ?

Maman, sort tes nouvelles palmes, même si elles ne sont pas académiques, car il a tant plu, la terrasse est tellement mouillée que tu vas pouvoir aller faire quelques mouvements sur les dalles, un peu comme une tortue qui se serait retournée et qui n’arriverait pas à se remettre d’aplomb ! C’est fou, ça, quand on pense au temps extrêmement beau qu’on a eu jusqu’à il y a une semaine, où je pouvais faire des siestes de deux heures sur la terrasse et en sortir avec l’impression d’être bronzé même de l’intérieur, là, on est presque... [Lire la suite]
12 janvier 2017

un jour pour rien

Un jour pour rien, c’est toujours un jour de trop et pourtant, c’est un jour de moins. Comme si on avait été volé par rapport à l’emballage. Par rapport à la publicité. Mensongère parmi tant d’autres. Mais encore une fois, je me suis fait avoir par un slogan et par les jolies couleurs. Tant de promesses. Tant de choses qui font envie et qui, finalement, sont à l’opposé de ce qu’on attendait. C’est un abus de faiblesse. C’est comme pour toutes ces nuits. Tous ces rêves qu’on m’a vendus. Et moi qui ai sauté les deux pieds dedans. En... [Lire la suite]
08 juillet 2015

leur préférence

Il est clair que si j’avais vécu à la cour d’un roi, j’aurais fait partie de ses favoris. Jusqu’à ce qu’il réalise que j’étais son préféré. Le préféré de tous ses favoris. Ça n’aurait eu aucun sens, sinon, d’être tous sur le même pied d’égalité. Il aurait bien fallu qu’il se rende compte que même si, par exemple, Louis XIV, prenait son pied avec la Montespan, pour ne citer qu’elle, moi, j’aurais su lui apporter autre chose. Avec moi, il aurait pris ses deux pieds à la fois. Et forcément, il y serait revenu. Et d’ailleurs, j’aurais dû... [Lire la suite]